Un système planétaire existerait autour de l'étoile Véga

 



PARIS (AFP), le 2 décembre 2003

Il existerait un système planétaire ressemblant à notre système solaire autour de Véga, étoile principale de la constellation de la Lyre, ont annoncé des astronomes britanniques dans l'Astrophysical Journal.

Distante seulement de 25 années-lumière du soleil et trois fois plus grande que lui, reconnaissable grâce à sa couleur bleutée, Véga émet une lumière 58 fois plus intense que l'astre du jour, ce qui en fait la cinquième étoile la plus brillante du ciel.

Selon Mark Wyatt, de l'Observatoire royal d'Edimbourg, et ses collègues, le vaste disque de poussière très froide qui entoure cette étoile pourrait avoir engendré la formation de petites planètes telluriques semblables à la Terre.

Ces planètes n'ont cependant pas pu être observées directement. Leur existence a été déduite de la modélisation numérique effectuée à partir d'images obtenues à l'aide de la caméra submillimétrique SCUBA (Sub-Millimeter Common User Bolometer Array), qui équipe le télescope James Clerk Maxwell (JCMT) installé au sommet de Mauna Kea (Hawaï). Les images obtenues révèlent que ce disque d'accrétion a une forme irrégulière, indice qu'il est susceptible de contenir des planètes, ont expliqué les scientifiques.

La centaine de planètes découvertes en orbite autour d'autres étoiles sont sans exception de très grands objets gazeux, comparables à Jupiter, la plus grosse et la plus massive des planètes du système solaire.

La modélisation du système de Véga suggère une jeune planète gazeuse géante, comparable à Neptune et qui, par rapport à Véga, se trouve sur une distance également assez proche de la distance Neptune-Soleil.

"C'est exactement le même processus qui a dû, pense-t-on, se produire dans notre système solaire", commence Mark Wyatt.

Neptune a été "repoussé" du Soleil par la présence de Jupiter, évoluant à l'intérieur du système. Ainsi, à partir du moment où elle possède une planète comparable à Neptune, Véga peut également avoir, sur une orbite plus rapprochée, une voisine plus massive, du type Jupiter, concluent les chercheurs dans leur article publié dans revue de la Société américaine d'astronomie.

selon une dépêche de l'AFP


Retour au menu "NEWS"


Retour à l'accueil