Téléportation d’un faisceau laser

 


Une équipe de physiciens Australiens, Français et Allemands a mis au point une nouvelle expérience de "téléportation quantique". Cette fois, ce n’était pas un groupe de photons, mais tout un faisceau laser qui a été téléporté.

 

La téléportation quantique est devenu presque quelque chose de commun dans les laboratoires. De nombreuses expériences ont déjà démontré la réalité de la ‘non-localité’ de la mécanique quantique. C’est-à-dire que dans certaines circonstances, une action sur une particule peut influencer instantanément une autre particule se trouvant ailleurs. La plupart de ces expériences ont été faites avec des photons, mais cet effet est en principe aussi observable avec les autres particules. On ne répétera jamais assez que la téléportation quantique n’a pas grand-chose à voir avec la téléportation de Star Trek. Dans ces expériences, ce ne sont pas les photons eux-mêmes qui sont téléportés, mais leurs propriétés. Deux photons émis par certains processus particuliers sont ‘intriqués’, c’est-à-dire qu’ils sont liés d’une telle façon que les modifications des propriétés de l’un d’entre eux influence instantanément celles de l’autre, et ce quelque soit la distance entre les deux photons. Pourtant, ceci ne viole pas les lois de la relativité. Parce qu’aucun transport d’information observable n’a lieu dans le processus. Les changements de propriétés des photons ne peuvent être constatés qu’a posteriori à l’aide de moyens de transport classiques.

 

Pour la première fois, l’équipe de Ping Koy Lam à l’Université Nationale Australienne suitée à Canberra, a mis au point une expérience de ce type avec un faisceau laser. Ceci signifie que des milliards de photons ont été téléportés dans le laboratoire. Le laser initial est détruit dans le processus, comme c’est toujours le cas dans ce type d’expériences, puis reconstruit un mètre plus loin avec exactement les mêmes propriétés. La prochaine étape sera de téléporter des atomes, puisqu’une équipe danoise semble en avoir démontré la faisabilité en 2001.

 

Mais même ainsi, la téléportation d’objets macroscopiques implique des milliards de milliards de milliards d’atomes, et donc présente d’importantes difficultés techniques qui pourraient très bien n’être jamais résolues. Il faut ajouter que ceci n’est pas une ‘vraie’ téléportation mais la destruction d’un objet et sa reconstruction à un autre endroit, ce qui n’est pas acceptable pour la téléportation d’êtres humains.

 

En attendant, la téléportation quantique devrait permettre la mise au point de techniques de chiffrage ayant un niveau de sécurité de 100% (l’armée américaine y travaille déjà) et d’ordinateurs extrêmement rapides.

http://www.anu.edu.au/pad/media/specials/teleport.html

 

Fabrice, équipe Science


Retour au menu "NEWS"


Retour à l'accueil