Démission de Thierry Wathelet, 
fondateur et ex-coordinateur d'UFOCOM




Thierry Wathelet, fondateur et ex-coordinateur d'UFOCOM, vient d'annoncer son départ du groupe qu'il a créé et animé pendant plusieurs années.

Belge francophone et francophile, l'intérêt de Thierry Wathelet pour le dossier OVNI trouve son origine dans la célèbre "vague Belge" des années 90 (lire nonante!). Sa motivation s'est accrue à l'examen des ouvrages de Jean-Pierre Petit (comme pour beaucoup de membres d'Ufocom) et à l'écoute d'une de ses interventions lors d'une émission de télévision, en 1994.

Dès lors, Thierry Wathelet devient enquêteur pour la SOBEPS, la Société Belge d'Etudes des Phénomènes, et membre sympathisant du GESTO (Groupe d'Etude Sur les Traces d'Ovnis) de Petit.

Pas très à l'aise dans ces structures, forcément parfois rigides, il décide en 1995 de créer UFOCOM, un regroupement informel d'individus de bonne volonté pour étudier la problématique OVNI. Selon ses dires, ce groupe vise à mener "une étude citoyenne, scientifique et logiquement objective de la problématique OVNI". La vision de Thierry Wathelet repose sur une structure très souple d'UFOCOM et sur un concept simple: "pas d'association, pas de finance, pas de strass ni de stress. Pas de prosélytisme ufologique, pas de diffusion intempestive..."

Si l'on regarde ce qui été fait par UFOCOM depuis 1995, on peut raisonnablement penser que ces objectifs ont été en grande partie atteints. Les enquêtes sur la vague Belge, sur d'Amato, sur le LoFlyte, sur les coulisses politiques du dossiers sont des classiques du genre. Elles ont été très lues, y compris par les médias. Elles viennent d'ailleurs de faire l'objet d'une signalisation par la chaîne de télévision "Canal + Belgique" dans le numéro d'octobre 2003 de son magazine réservé aux abonnés. Auparavant, des dossiers tels que Bariloche, ou Malmstrom avaient déjà été repris par différents médias, tels "Top Secret", ou "VSD hors série", qui ont régulièrement fait référence à UFOCOM dans leurs articles.

Ce "succès", UFOCOM le doit en grande partie à l'énergie que Thierry a déployée pour animer
efficacement la structure qu'il avait créée. Thierry sait aussi qu'UFOCOM a fonctionné parce que le groupe s'est constitué à l'origine autour de personnes motivées, en d'autres termes parce que le concept "citoyen" a permis à des personnes compétentes, issues d'horizon divers, de se regrouper. Il leur en est très reconnaissant.

En 2000, pour des raisons personnelles et professionnelles, Thierry a dû abandonner l'animation
d'UFOCOM. Il a transféré la coordination du groupe à Simone Brunie, ancien directeur de recherche au CNRS. Simone a poursuivi l'oeuvre entreprise par Thierry, avec un style personnel différent, mais avec une grande efficacité. Le groupe a ainsi continué à grandir, de grands noms de "l'ufologie" ont signé des articles pour nous - en fait essentiellement pour vous qui lisez ces lignes. D'autres nous aident régulièrement dans nos enquêtes: notre philosophie étant d'entendre, de façon dépassionnée, tous ceux qui souhaitent faire avancer l'étude de cette problématique, sans forcément être d'accord avec leurs conclusions et leurs opinons. Cette ligne de conduite n'est pas toujours facile à suivre.

UFOCOM ayant vu sa taille augmenter, et croître le nombre des intervenants, il en résulte que le statut du groupe - ou son "non statut" - risque de devoir être modifié. De même, le style des articles publiés sur le site et leurs centres d'intérêt, ont aussi évolué. Des phénomènes autres que l'apparition d'OVNIS font maintenant l'objet d'enquêtes: il en est ainsi des "crop circles", ou du dossier Ummo. Il est trop tôt pour dire si cette évolution est positive, ou s'il elle génère trop de bruit de fond. Disons que sur ce point, UFOCOM souhaite garder les yeux ouverts. Ceci posé, Thierry Wathelet ne se reconnaît pas dans ces orientations nouvelles, et il en tire les conséquences, d'où l'annonce de son départ.

Ce départ ne constitue cependant pas une rupture avec UFOCOM. Ainsi, la - bonne - volonté de Thierry est de ne pas tenter de faire valoir ses droits à la propriété intellectuelle sur le nom UFOCOM. Ses écrits resteront également sur notre site. De plus, Thierry souhaite conserver des liens étroit avec la structure qu'il a édifiée et contribuée a faire fonctionner, et avec les individus. Il collaborera avec UFOCOM sans doute occasionnellement, comme d'autres spécialistes de ces questions. 

UFOCOM se doit de remercier Thierry pour l'avoir mis sur pieds, et pour l'avoir animé avec brio et abnégation pendant plusieurs années, sans soucis de profit personnel. En guise de conclusion temporaire, citons encore une fois ses propos: "Je vous accorde que le concept UFOCOM frise l'utopie. Et pourtant, aujourd'hui, il fait partie de la réalité grâce à des hommes et des femmes de bonne volonté, honnêtes, objectifs et compétents dans leur domaine respectif".


Le 15 octobre 2003
Yves, équipe Sciences

 


Retour au menu "BREVES"


Retour à l'accueil