Un récent "Near-Miss" cosmique impliquait la Terre
Rendez-vous manqué de peu....




Une dépêche de l'AFP (voir ci-dessous) nous apprend que la Terre a échappé de peu à une collision avec un astéroïde de 120m de long, qui, s'il était entré en collision avec nous, aurait pu provoquer des dégats considérables. Curieusement, cet astéroïde n'aurait pas été détecté lors de son "approche"... Pas plus qu'un autre, de plus grande taille, qui est passé à 3 fois la distance Terre-Lune, voila un peu plus d'un mois, et que les téléscopes n'ont vu que deux jours avant qu'il ne nous frole. Explication avancée: il venait de la direction du soleil, ce qui le rendait quasi indétectable...
 
 

AFP, Paris le 20 Juin...

Un astéroïde grand comme un terrain de football a frôlé  la Terre le 14 juin à quelque 120.000 kilomètres de distance (note de ufocom-Sci: soit a peine la moitié de la distance Terre-Lune!), mais n'a été repéré que trois jours après, ont annoncé jeudi plusieurs organismes scientifiques.

Baptisé 2002 MN, cet astéroïde de 120 mètres de long est considéré comme un objet de petite dimension, incapable de causer des dégâts à l'échelle planétaire comme celui qui serait à l'origine de l'extinction des dinosaures, a précisé, dans un communiqué, le Centre Spatial Britannique (Britain's National Space Centre). "Mais s'il était entré en collision avec la Terre, 2002 MN aurait pu causer des dégâts comparables à celui qui avait frappé Toungouska (Sibérie), en 1908, où 2.000 kilomètres carrés de forêts ont été anéantis", ajoute l'organisme britannique.

Le dernier événement connu de ce type s'était produit le 9 décembre 1994, lorsqu'un astéroïde de 10 mètres de long, 1994 XM1, a frôlé la Terre à seulement 105.000 kilomètres de distance.

Le passage de 2002 MN dans la proche banlieue de la Terre a été confirmé par l'Agence spatiale américaine (NASA) sur son site internet, le magazine spécialisé américain "Sky and Telescope" précisant de son côté que l'objet n'a été repéré que le 17 juin, trois jours après  l'événement. "Le plus frappant, c'est à quel point il est passé près de la Terre", commente le magazine. "Les conséquences d'une éventuelle  collision dépendent largement des roches qui composent cet astéroïde, mais elles auraient été certainement comparables à ce qui s'est passé à  Toungouska, avec une puissance comparable aux plus grosses bombes H."

La probabilité qu'un astéroïde vienne percuter notre planète est très faible et diminue à mesure que la taille de l'objet augmente. Les astronomes tentent toutefois de repérer à l'avance les astéroïdes de plus de 1.000 mètres de long, susceptibles de provoquer d'immenses dégâts et d'avoir un impact sur le climat.
 
 

Transmis par Yves, équipe Sci
Le 21 Juin 2002

Un de nos lecteur nous signale une erreur dans cette dépêche:
la distance Terre-Lune varie de 352.000 à 420.000 km. Malgré le fait que le 14 juin la lune était à son périgée, la position de l'astéroide (120.000km) aurait été à 1/3 de la distance nous séparant de la lune et non pas à sa moitié.
Nous remercions notre lecteur de cette précision qui montre que l'on a vraiment frôlé la catastrophe.

N'hésitez pas à nous communiquer vos corrections lorsque vous observez des erreurs dans nos textes. Nous vous en remercions d'avance.


Retour au menu "NEWS"


Retour à l'accueil