Les ovnis sont-ils des mises en scène militaires ?

réponse de Emmanuel Dehlinger à Gildas Bourdais
(4 août 2003)


Emmanuel Dehlinger est l'auteur d'un livre publié sur  internet (http://www.ovnis.atfreeweb.com/ ): "OVNIS: L'armée démasquée"


 

Cher Gildas,

Suite à votre article " Les ovnis sont-ils des mises en scène militaires ? " paru sur le site http://www.ufocom.org/pages/v_fr/m_articles/ovnis_&__militaires.htm, je réponds ici sur les points qui sont abordés dans mon livre (et uniquement sur ceux-ci).

Au sujet des observations d’ovnis de l’été 1947 et du général Twining qui "se demandait alors s'il pouvait s'agir d'engins secrets, "domestiques" ou "étrangers", c'est à dire soviétiques. ", vous concluez qu’il s’agit d’un " document convaincant sur l'existence des ovnis en tant qu'engins d'origine non humaine " puisqu’ " […] on sait aujourd'hui que de tels engins n'existaient pas, ni dans l'arsenal américain ni chez les Russes […] ".

Permettez-moi de proposer une interprétation de la lettre du général Twining très différente de la vôtre, dans le cadre de l’ " hypothèse militaire " :

Selon moi, les ovnis lumineux observés pouvaient très bien être des projections de plasmas, comme je l’explique à http://www.ovnis.atfreeweb.com/11_technologie_plasmas.htm , et donc des leurres lumineux d’origine militaire.

Quant au mobile de cette mise en scène, j’écris à http://www.ovnis.atfreeweb.com/4_le_role_de_armee.htm  :

" […] les apparitions d’ovnis avaient pu parfois être imputées à l’URSS pour entretenir les fantasmes sur son avance technologique et confirmer la permanence de la menace soviétique, afin de justifier […] une demande de crédits supplémentaires. "

 

Vous écrivez ensuite :

" Un autre donnée évidente à signaler est que, surtout à partir des années 50, la ligne gouvernementale américaine était devenue le "debunking" systématique des ovnis, c'est à dire leur dénigrement, dans l'opinion. Autrement dit, une ligne totalement à l'opposé de l'idée qu'ils auraient pu s'employer à favoriser cette croyance ! "

La conclusion que vous tirez ici ne me semble pas si évidente que cela. Voici ce que j’écris à ce sujet à http://www.ovnis.atfreeweb.com/4_le_role_de_armee.htm  :

" Les motivations qui viennent d’être exposées ci-dessus et qui tendent à montrer que ce sont les services secrets qui [sont responsables des apparitions d’ovnis] doivent bien sûr rester insoupçonnables. Pour ce faire, la stratégie à suivre par l’armée est simple : il faut nier le phénomène systématiquement. Ainsi :

Ceux qui ont une tendance spontanée à ne pas croire aux ovnis d’origine extraterrestre (les intellectuels, les rationalistes sceptiques, ceux qui ne connaissent pas ou peu le phénomène OVNI…) doivent être confirmés dans leurs croyances, voire être amenés à se désintéresser totalement du sujet qui est tourné en ridicule. Pour atteindre cet objectif, l’armée peut compter sur l’aide de certains sceptiques zélés, qu’ils soient ou non conscients d’être manipulés, et qui sont toujours prêts à pourfendre l’irrationnel comme s’il s’agissait pour eux d’accomplir une guerre sainte (!), même s’il faut pour cela maquiller les faits, c’est-à-dire tromper le public. On assiste ainsi en France comme ailleurs à un véritable " tir de barrage " contre l’ufologie (UFO : Unidentified Flying Object – OVNI) de la part des rationalistes qui ont les médias " bien pensants " de leur côté. On peut pourtant se demander pour qui travaillent les producteurs anonymes qui financent les émissions anti-ovnis dans lesquelles les interviews des ufologues sont truquées au montage, et d’où provient ce financement conséquent.

Ceux qui ont tendance à croire que les ovnis sont d’origine extraterrestre et qui s’y intéressent (les adolescents, les gens simples, les témoins, certains ufologues, ceux qui connaissent le dossier et la réelle étrangeté des faits…) doivent eux aussi être confirmés dans leurs croyances, jusqu’à penser que l’armée complote avec les extraterrestres. Les différentes commissions militaires américaines chargées d'examiner les observations d'ovnis sont toujours très douées pour fournir des explications grotesques (ex : des policiers ont pris Vénus pour un ovni et l'ont poursuivi pendant une heure et demie au volant de leur voiture [GB97 p. 126-127]) ou évidemment fausses (ex : le ballon sonde de Roswell - après que l'US Air Force eut fait volontairement " l'erreur " d'annoncer que c'était une soucoupe volante). Ainsi, l'armée américaine s'assure que tout le monde est convaincu qu'elle cache quelque chose : c'est donc que les extraterrestres existent ! Certains rationalistes acharnés, les " debunkers ", désireux de trouver systématiquement une explication à toutes les observations d’ovni font parfois le jeu de l’armée en proposant des explications tout aussi ridicules. Certaines de ces explications sont parfois si absurdes qu’elles semblent d’ailleurs téléguidées, voire monnayées.

Grâce à cette stratégie, le débat peut rester manichéen à travers les médias : les soucoupes volantes sont un canular et les ufologues sont de doux dingues ou, à l'opposé, les extraterrestres existent bel et bien et le gouvernement le sait. La vérité qui se cache entre ces deux positions extrêmes reste méconnue du grand public, et, tandis que les rationalistes et les ufologues se battent par médias interposés et se gaussent des thèses adverses lors de leurs réunions amicales, l’armée poursuit impunément au cœur de nos démocraties ses opérations financées par l’argent public. "

 

Au sujet des mutilations de bétail qui seraient le résultat d’expériences militaires, vous opposez " un argument, très simple : pourquoi faire des mises en scène de grand guignol pendant trente ans alors qu'il suffirait d'acheter des carcasses dans les abattoirs, ou des animaux sur pied aux éleveurs ? Ah, j'oubliais, bien sûr : pour nous faire croire aux extraterrestres ! Mais c'est oublier les dénégations officielles, et l'explication par les prédateurs donnée par un enquêteur du FBI. "

Concernant " les dénégations officielles, et l'explication par les prédateurs donnée par un enquêteur du FBI ", j’ai déjà indiqué ci-dessus pourquoi le debunking officiel est une bonne stratégie.

Voici ce que je dis des mutilations de bétail à http://www.ovnis.atfreeweb.com/6_mutilations_animales.htm  :

" Outre la volonté de l'armée américaine d'entretenir la croyance aux extraterrestres, il doit exister d’autres mobiles que chacun est libre d'imaginer : entraînement en réel des commandos mais aussi des services de désinformation, test d'armes chimiques et bactériologiques [cf JS90 p. 188-189, citant les recherches de Howard Burgess et du sergent Gabriel Valdez] ou à micro-ondes, éradication discrète d'un virus bovin [cf JS90 p. 188], etc. Cependant, la plus plausible hypothèse quant au mobile est celle d'une évaluation par l'armée américaine des retombées radioactives sur l'environnement à la suite des centaines d'essais nucléaires effectués depuis les années 50 et dont on sait que certains furent contaminants (recherches de David Perkins, de Richard Sauder…). L'examen de certains organes de bétail herbivore permettrait d'évaluer le taux de radioactivité du sol dans les régions où le vent avait propagé de gigantesques nuages radioactifs. En janvier 1993, un rapport de l'agence américaine de protection de l'environnement a affirmé la nécessité d'exercer un contrôle des animaux destinés à la consommation qui broutaient près des sites à risques de contamination tels que les anciennes zones d'essais nucléaires, les mines d'uranium et les dépôts de déchets. Ce contrôle devait se faire à partir de sang et d'organes prélevés. Mais pourquoi ne pas prélever discrètement ces organes dans les abattoirs ? On a suggéré que les animaux devraient peut-être d’abord recevoir une injection et être marqués avant de procéder ultérieurement au prélèvement des organes, mais cela reste jusqu’à présent spéculatif… "

Il manque effectivement ici une explication précise des motivations des militaires pour être totalement convaincu par l’ " hypothèse militaire ". Mais il n’échappera à personne qu’il existe aussi de nombreux arguments contre les hypothèses concurrentes (hypothèse extraterrestre ou autres) et qu’aucune ne donne satisfaction à 100%. Par conséquent, il nous faut choisir l’hypothèse qui nous semble la plus probable, et c’est là que vous et moi faisons un choix différent.

 

La même remarque peut s’appliquer au sujet des crop circles, même s’il est possible de répondre en partie aux arguments d’Anne Moro et de Bruce Maccabee :

" L'armée fait des tests en plein territoire touristique ! Il s'agit quand même de rayons mortels. "

Certes mais l’armée a les moyens technologiques de s’assurer que le tir est sans danger, ne serait-ce qu’a l’aide d’un radar infrarouge.

" Pourquoi fait-elle ça dans les champs des autres ? N'a-t-elle pas les moyens de planter du blé sur ses territoires (protégés du regard) ? "

Certes l’armée pourrait se mettre à cultiver des hectares de blé pour y réaliser des centaines de crop circles, mais comme la culture du blé n’est pas du tout dans ses attributions, cela semblerait plutôt suspect.

" Ca ne ressemble pas à des tests… mais à des démonstrations ! "

Il y a peut-être un peu des deux à la fois.

" Combien de temps faut-il aux militaires pour apprendre à diriger un rayon laser ? (Il paraît qu'ils sont en train de tester la précision des rayons). Des années, visiblement ! "

Il est clair, comme je l’écris à http://www.ovnis.atfreeweb.com/5_cercles_de_culture.htm , que :

" La technologie des lasers à micro-ondes est apparue dans les années 50 et s'est perfectionnée au fur et à mesure que les dessins des cercles de culture se complexifiaient. "

Cela me semble plus qu’une simple coïncidence.

" Pourquoi faire des figures aussi belles, aux allures si cosmiques ? Pour faire croire que ce sont des extraterrestres qui font cela. Là, on se marre un bon coup quand même ! "

Effectivement, les extraterrestres sont une couverture commode. Cela permet de brouiller les pistes pour ceux qui croient à la possibilité de visiteurs extraterrestres. Et selon le principe du debunking qui vise à ridiculiser tout ce qui touche au phénomène OVNI, le thème extraterrestre permet de tenir à l’écart les scientifiques qui seraient tentés de s’intéresser à la question des crops circle.

 

Vous écrivez ensuite :

" Il y a, semble-t-il, un point commun à toutes ces théories d'ovnis militaires : évacuer les ovnis, et surtout évacuer l'hypothèse d'une présence extraterrestre. "

Il est clair que l’hypothèse militaire n’évacue pas les ovnis : elle en fait au contraire un sujet d’analyse qu’elle juge digne d’intérêt. Bien sûr, elle concurrence l’hypothèse extraterrestre.

Vous ajoutez :

" Il est assez évident que [évacuer l'hypothèse d'une présence extraterrestre] reste un objectif de première importance pour les militaires américains. "

Cela ne peut paraître évident que pour les tenants de l’hypothèse extraterrestre dont vous êtes. Pour les tenants de l’hypothèse militaire, c’est bien sûr tout le contraire : l’hypothèse extraterrestre sert les intérêts des militaires américains, et l’hypothèse militaire les embarrasse.

 

Au sujet de notre rencontre, vous dites " Je lui avais montré les statistiques de Claude Poher, qui établissaient un pic d'observation vers 2 à 3 h du matin, mais ça ne semblait pas l'avoir intéressé. ".

Je ne me souviens pas particulièrement de cela, mais ça n’a effectivement pas d’incidence sur mon étude de corrélation entre le mouvement de la lune et du soleil et le phénomène ovni (dont le résumé se trouve à http://www.ovnis.atfreeweb.com/resume.htm ).

 

Vous citez un extrait de ce que j’écris sur Roswell et vous ajoutez : " […] je suis quand même assez stupéfait de voir avancer l'idée d'une mise en scène militaire pour nous faire croire aux extraterrestres. "

Permettez-moi de citer la suite de l’article pour que l’on comprenne bien ma position :

" Outre le crash de Roswell, l’année 1947 connut aux Etats-Unis une importante vague d’ovnis aux mois de juin et juillet [LDLN N° 325 p. 7]. Or on se souvient que le phénomène OVNI n’était " officiellement " né que 8 jours auparavant, à la suite de l’observation de Kenneth Arnold datée du 24 juin 1947. Cela nous incite à penser que cette fameuse observation tout comme l’affaire Roswell faisaient partie intégrante de la manipulation qui avait commencé dès cette époque en vue de consolider dans la population la croyance aux extraterrestres que la science-fiction avait popularisés. On peut trouver étrange qu’une soucoupe volante bénéficiant d’une technologie permettant de traverser l’espace intersidéral se soit écrasée si vite aux Etats-Unis, alors que le public américain venait tout juste de prendre connaissance de l’existence de visiteurs extraterrestres. "

" Nous avons déjà détaillé dans la première partie de ce livre au § 4 les motivations de l’armée américaine à cultiver la croyance aux extraterrestres, mais la une du Roswell Daily Record du 8 juillet 1947 [JS94 p. 20] est à elle seule tout à fait révélatrice de ces motivations. On y trouve juxtaposés sous le titre " RAAF Captures Flying Saucer on Ranch in Roswell Region " un article intitulé " House Passes Tax Slash by Large Margin " et un autre intitulé " Security Council Paves Way to Talks on Arm Reduction ". Autrement dit, l’équation est ici la suivante : "

" " Réduction des impôts " + " Discussions sur la réduction des armements " = " Crash de soucoupe volante " "

" (La guerre est peut-être terminée mais nous avons toujours besoin de nous défendre contre un agresseur potentiel) "

" Le matin de ce 8 juillet 1947, l’armée américaine avait en effet publiquement annoncé qu’elle venait de capturer une soucoupe volante, avant de se rétracter le jour même alors que l’information avait déjà fait le tour de la planète. Cette annonce ne fut ni gratuite, ni accidentelle car l’ordre était venu de très haut et ses répercussions furent immédiatement mondiales. En se rétractant rapidement au profit de la thèse absurde de la récupération d’un ballon sonde, l’armée américaine inaugurait le principe du debunking trivial : une partie de la population s’en retourna écœurée de s’être fait piéger par un vulgaire ballon sonde et d’avoir cru un instant aux extraterrestres, jurant qu’on ne l’y prendrait plus, tandis que l’autre partie commença à se demander " et si c’était vrai et que l’armée voulait nous cacher l’existence des extraterrestres ? ". La vérité de la manipulation demeurait quant à elle insoupçonnée. "

" Le 4 juillet 1947, fête de l’Independence Day, de nombreuses observations significatives de disques volants seront rapportées pour l’ensemble des Etats-Unis [LDLN N° 325 p. 10], ce qui confirme à nos yeux que le " crash " de Roswell s’insère dans une vaste manipulation, et qu’il ne s’agit pas non plus d’un véritable accident d’appareil militaire que l’armée aurait rapidement maquillé en crash de soucoupe volante, puis en débris de ballon sonde. Le crash de Roswell semble bien être un coup monté de toutes pièces en utilisant de faux débris issus de la technologie avancée de l’aéronautique américaine et possédant des propriétés surprenantes au point de pouvoir suggérer une technologie extraterrestre. Jacques Vallée évoque à ce propos le " Saran argenté ", un thermoplastique lisse et très fin qui ne pouvait être déformé même par des coups de marteau. Ce matériau " était déjà disponible dans les laboratoires civils dès 1948 " [JV90b p. 117]. "

En ce qui concerne Fatima, le lecteur pourra juger par lui-même de l’analyse que je propose en lisant l’article à http://www.ovnis.atfreeweb.com/5b_fatima.htm .

Pour terminer, il est exact que je n’ai jamais eu l’opportunité de rencontrer les témoins " Nathalie et Monsieur "D" " dont les témoignages sont analysés à http://www.ovnis.atfreeweb.com/41b_fontenay-tresigny.htm  et http://www.ovnis.atfreeweb.com/42b_haravilliers.htm , respectivement. Je précise que je ne doute pas de leur crédibilité quant aux faits qu’ils rapportent, bien au contraire, mais je doute qu’il faille interpréter leur récit d’enlèvement au pied de la lettre.

 

Cordialement

Emmanuel Dehlinger

 


Retour au menu "Debats"