Les ovnis sont-ils des mises en scène militaires ?

Par Gildas Bourdais, juillet 2003


 

De nombreuses théories et hypothèses

De nombreuses théories et hypothèses ont été avancées, depuis une cinquantaine d'années, selon lesquelles les ovnis ne seraient en fait que des engins secrets, ou encore des mises en scène militaires pour cacher l'existence des ces engins secrets, ou encore des expériences occultes de manipulation des masses. La théorie d'Emmanuel Dehlinger, qu'il présente dans son livre sur internet OVNIS. L'armée démasquée, ( http://www.ovnis.atfreeweb.com/ ), me paraît être une sorte de cas extrême dans toute cette famille de théories et d'hypothèses.

Une explication souvent proposée est que les militaires (entendez principalement les militaires américains, et sans doute leurs proches alliés britanniques) ont voulu répandre la croyance aux ovnis et aux extraterrestres dans la population. Cette idée a été proposée, par exemple, en 1997 par l'historien de la CIA Gerald Haines, et elle a été citée aussitôt largement, comme il convenait, dans les grands médias. L'idée était qu'il s'agissait de protéger les avions très secrets - avions espions et/ou modèles très avancés. Au départ, les militaires auraient remarqué qu'on prenait souvent ces avions pour des ovnis, et auraient eu l'idée, selon lui, d'encourager cette croyance. Haines citait l'avion espion U2. Mais, comme l'ont fait observer de nombreux experts, par exemple le physicien Bruce Maccabee et même le grand sceptique Philip Klass, cela ne tenait pas debout car cet avion avait fait son premier vol en 1955, soit huit ans après la première grande vague de "soucoupes volantes" ! Comment expliquer, alors, les nombreuses observations d'ovnis signalées de 1947 à 1955 ?

On ne peut exclure, évidemment qu'une telle démarche de camouflage ait pu être tentée ici ou là, mais il est facile de comprendre, avec un peu de bon sens, pourquoi ce genre de théorie, globalement, ne tient pas debout. Il suffit pour cela de prendre connaissance des nombreux documents militaires américains, peu à peu rendus publics (pas tous, bien entendu !). C'est par exemple la fameuse lettre du général Twining, directeur des services techniques de l'Air Force, du 23 septembre 1947, qui était un rapport au Pentagone sur les observations d'ovnis de l'été 1947. Cette lettre, fondée principalement sur les observations militaires, décrivait avec précision les mystérieuses "soucoupes volantes", puis s'interrogeait à la fin sur leur origine. Twining se demandait alors s'il pouvait s'agir d'engins secrets, "domestiques" ou "étrangers", c'est à dire soviétiques. J'ai déjà expliqué pourquoi, autant la première partie de la lettre était solide, autant cette seconde partie était sujette à caution. Mais, de toutes façons, on sait aujourd'hui que de tels engins n'existaient pas, ni dans l'arsenal américain ni chez les Russes (à l'époque, ils commençaient à construire en série leur copie du B-29, et les Américains le savaient bien). Ironiquement, cette lettre, publiée à la fin du Rapport Condon en 1969, censé enterrer l'étude des ovnis, était déjà un document convaincant sur l'existence des ovnis en tant qu'engins d'origine non humaine !

Le "debunking" des ovnis, ligne officielle aux Etats-Unis

Un autre donnée évidente à signaler est que, surtout à partir des années 50, la ligne gouvernementale américaine était devenue le "debunking" systématique des ovnis, c'est à dire leur dénigrement, dans l'opinion. Autrement dit, une ligne totalement à l'opposé de l'idée qu'ils auraient pu s'employer à favoriser cette croyance ! C'est dit en toutes lettres dans les recommandations de la commission Robertson, panel de scientifiques réuni d'urgence en janvier 1953 par la CIA et l'armée de l'Air américaine.

C'est à cette époque qu'apparurent des rumeurs sur les ovnis comme étant en fait des engins secrets issus de soucoupes volantes nazies. Les deux auteurs principaux de ces "révélations" disparurent rapidement de la circulation. Dans les années 90, plusieurs tentatives furent faites pour expliquer ainsi la vague belge, notamment avec le "Lo Flyte", révélé en 1996 par le Sunday Times. L'enquêteur belge Thierry Wathelet avait vite découvert le pot aux roses : c'était une maquette en bois, en modèle réduit, qui n'avait même pas fait encore son premier vol en 1996 ! Il l'avait signalé aux journaux mais ils n'ont jamais fait la correction : il court toujours, le furet.

 

Jacques Vallée et le "mémo de Pentacle"

Jacques Vallée est l'un des auteurs qui ont beaucoup fait pour accréditer l'idée des ovnis comme mises en scène militaires, avec sa théorie tirée de la lettre adressée par le Battelle Memorial Institute à la commission "Livre Bleu" ("Blue Book") en 1952, lettre qu'il avait trouvée dans les papiers de son patron, l'astronome Hynek, et qu'il avait baptisée curieusement "le mémo de Pentacle" dans son livre de mémoires paru en 1993. Résumons les faits. Au début de 1952, le capitaine Ruppelt, chef de la commission, avait commandé à l'institut Battelle une étude statistique sur les dossiers de Livre Bleu. Or l'institut avait appris à l'automne qu'une commission scientifique de haut niveau allait être convoquée rapidement sous l'égide de la CIA : la fameuse commission Robertson. D'où la lettre de Battelle à Blue Book, signée par l'ingénieur Howard Cross, qui n'était même pas classée secrète, regrettant qu'on n'attende pas la fin de l'étude en cours (qui allait devenir le rapport 14 de Blue Book). Et Cross faisait la suggestion d'organiser une collecte d'observations dans une région où il y en avait beaucoup (ce qui fut fait plus tard, au Nouveau-Mexique), car les dossiers de Blue book étaient un peu minces. Et il suggérait, pour étalonner le dispositif, de faire passer dans la région d'observation des appareils - avions, ballons, ou autres - à l'insu des observateurs, pour voir comment ils allaient être enregistrés. Voilà tout le mystère ! Mais Vallée en a tiré toute une théorie sur de mystérieuses mises en scène de faux ovnis auxquelles se livreraient les militaires, peut-être encore aujourd'hui. Théorie qui a été vite réfutée par le Cufos, l'excellent groupe de recherche américain. J'ai exposé plus en détail cette affaire du "mémo de Pentacle" dans un article qui a été publié par la revue LDLN (No 361, juillet 2001) et qui se trouve sur le site web de Philippe Huleux:: http://home.nordnet.fr/~phuleux/jacques.htm

Mutilations de bétail et "crop circles"

Plus récemment, nous avons vu apparaître au moins deux nouvelles versions de ce genre de théorie, concernant cette fois les mutilations de bétail, et les "crop circles".

On se rappelle peut-être une série de vidéos "Dossiers OVNI", publiée vers 1998 par Marshall Cavendish (revue Facteur X), dont l'une était sur les mutilations de bétail. La première partie était de bonne qualité, mais la vidéo dérapait ensuite avec le témoignage très "confidentiel" d'un agent secret qui expliquait qu'il s'agissait d'expériences militaires très secrètes. C'est merveilleux : un agent secret révélant des expériences très secrètes dans une vidéo grand public !

C'est le moment de signaler la nouvelle édition du livre de Michel Granger qui vient de paraître chez JMG Editions : Mutilations de bétail. Trente ans de mystère extraterrestre ?.

Une lecture très recommandable, bien que Granger reste très timide, à mon avis, sur l'hypothèse extraterrestre. Mais il règle son compte rapidement à l'hypothèse d'expériences militaires ultra secrètes. Juste un argument, très simple : pourquoi faire des mises en scène de grand guignol pendant trente ans alors qu'il suffirait d'acheter des carcasses dans les abattoirs, ou des animaux sur pied aux éleveurs ? Ah, j'oubliais, bien sûr : pour nous faire croire aux extraterrestres ! Mais c'est oublier les dénégations officielles, et l'explication par les prédateurs donnée par un enquêteur du FBI. Cette rumeur sur les mutilations de bétail qui seraient des expériences militaires très secrètes est l'une des plus extravagantes jamais apparues sur le terrain ufologique.

Quant à l'hypothèse des " crop circles ", qui seraient selon certains des expériences militaires secrètes, eh bien, nous retrouvons ici encore Jacques Vallée qui décidément aura beaucoup fait en faveur de ce genre d'explications. On trouvera à la fin de cet article un résumé de sa théorie, ainsi que sa critique par le physicien américain Bruce Maccabee.

Cette théorie des "crops " militaires a été exposée récemment dans un livre du journaliste Nicolas Montigiani, Crop circles: Manœuvres dans le ciel (Editions Carnot).
Je cite ici les objections très avisées, me semble-t-il, de Anne Moro à ce sujet, qui tient un excellent site web sur les crop circles

Voir sa critique à http://perso.club-internet.fr/moroaf/siteanne/livremontigiani2003.htm )

- L'armée fait des tests en plein territoire touristique ! Il s'agit quand même de rayons mortels.

- Pourquoi fait-elle ça dans les champs des autres ? N'a-t-elle pas les moyens de planter du blé sur ses territoires (protégés du regard) ?

(cette objection de bons sens est faite également par le physicien Bruce Maccabee)

- Ca ne ressemble pas à des tests… mais à des démonstrations !

- Combien de temps faut-il aux militaires pour apprendre à diriger un rayon laser ? (Il paraît qu'ils sont en train de tester la précision des rayons). Des années, visiblement !

- Pourquoi faire des figures aussi belles, aux allures si cosmiques ? Pour faire croire que ce sont des extraterrestres qui font cela. Là, on se marre un bon coup quand même !"

Il y a, semble-t-il, un point commun à toutes ces théories d'ovnis militaires : évacuer les ovnis, et surtout évacuer l'hypothèse d'une présence extraterrestre. Il est assez évident que cela reste un objectif de première importance pour les militaires américains.

Le livre d'Emmanuel Dehlinger

Pour revenir, brièvement, à la théorie d'Emmanuel Dehlinger, je vois qu'il a beaucoup travaillé, mais je me dis : "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !". Je l'avais reçu chez moi, à la demande de Joël Mesnard, qui a ensuite publié un long article de lui, sur le rôle de la Lune dans les observations, se levant le soir au coucher du Soleil. Je lui avais montré les statistiques de Claude Poher, qui établissaient un pic d'observation vers 2 à 3 h du matin, mais ça ne semblait pas l'avoir intéressé.

Sur Roswell, il dit ceci :

" Il s’agit du fameux crash supposé d’une soucoupe volante à l’intérieur de laquelle l’armée américaine aurait récupéré des extraterrestres tels que celui dont l’autopsie a fait le tour de toutes les télévisions du monde il y a quelques années. Ce soir-là, la lune est éclairée à plus de 90% mais le ciel est couvert et un orage violent vient d’éclater. Ce cas pourrait fort bien être un montage militaire à base de faux débris et de faux témoignages mélangés parmi des témoignages sincères de témoins manipulés, mais ce n’est assurément pas la position de la lune qui permettra de trancher ! "

Heureusement qu'il n'invoque pas la Lune ici, mais je suis quand même assez stupéfait de voir avancer l'idée d'une mise en scène militaire pour nous faire croire aux extraterrestres. Qu'en pensent les sceptiques ? Moi, je renonce à discuter. Quant à la théorie d'une mise en scène militaire à Fatima, là je crois qu'il bat tout le monde et qu'il n'y a plus qu'à s'incliner !

Juste un mot encore pour signaler que Dehlinger n'a jamais rencontré les deux témoins d'enlèvement supposés qu'il évalue dans son livre, Nathalie et Monsieur "D". Je les ai rencontrés chacun plusieurs fois, et ce sont à mes yeux des témoins crédibles. Mais, bien sûr, tout le monde peut se tromper !

Voici, pour finir, la théorie de Vallée sur les crop circles, et la réplique de Bruce Maccabee.

Gildas Bourdais

_________________________

 

La théorie de Jacques Vallée sur les crop circles, et sa critique par le physicien Bruce Macccabee

 

Il y a eu en octobre 2002, sur la liste nord-américaine "UFO Updates", une discussion au sujet d'une théorie de Jacques Vallée sur les crop circles, supposant que ceux-ci sont des essais secrets d'armes britanniques à faisceaux dirigés. Le physicien Bruce Maccabee, ufologue respecté (ancien président du Fund for UFO Research) et docteur en physique, lui a donné la réplique. Depuis 1972, il est chercheur au Centre des armes navales de surface, à Silver Springs dans le Maryland, et il a travaillé notamment sur les lasers de grande puissance. Voici des extraits du texte de Vallée et des critiques de Maccabee. Pour le texte complet, de Vallée et de Maccabee, je vous renvoie aux archives de UFO Updates, à

http://www.virtuallystrange.net/ufo/updates/

Voir le fil "Vallee On Crop Circles",


L'article de Jacques Vallée s'intitulait :


LES CROP CIRCLES : DES "SIGNES" D'EN HAUT OU DES ARTEFACTS HUMAINS ?"

(CROP CIRCLES: "SIGNS" FROM ABOVE OR HUMAN ARTIFACTS?)

Signalons qu'il figure aussi sur le site web de NIDS, à http://www.nidsci.org/

En voici donc les principaux passages, avec les réponses intercalées de Bruce Maccabee, en italiques.

" Plutôt que de sauter sur des conclusions concernant l'origine des formations, ils (les chercheurs) ont dressé une liste de questions fondamentales, telles que :

(1) Y a-t-il un changement dans la nature des formations au cours du temps ?

(2) Qu'arrive-t-il exactement à la végétation à l'intérieur des zones affectées ?

(3) Y a-t-il quelque chose de spécial quant au lieu où se passe ce phénomène ?

" Pour chercher des informations sur ces questions, ils ont établi un protocole pour rassembler des échantillons de végétation et les envoyer à un certain nombre de laboratoires pour des études au microscope. Ces résultats, qui ont été discutés à des réunions de la Société pour l'Exploration Scientifique et d'autres réunions publiques, semblent n'avoir jamais intéressé suffisamment les médias (ou, en vérité, les principaux courants ufologiques) pour en prendre note, peut-être parce qu'ils étaient en conflit avec le caractère sensationnel d'autres hypothèses.

" Colin Andrews a été l'un des principaux chercheurs poussant à une analyse scientifique. Le Fund For UFO Research a soutenu le Projet Argus à la fin des années 80 ou au début des années 90 (je ne me rappelle pas) pour rassembler des données. Cependant, ce n'est que lorsque Lefty Levengood s'est impliqué que les les études de plantes ont vraiment commencé. Bien entendu, même avant cela les enquêteurs pouvaient dire quand les tiges étaient cassées et quand elles ne l'étaient pas...et c'étaient les cas avec les tiges non cassées (comment plie-t-on une plante de manière permanente sans la casser ?) et les cas avec des "étalements" ("lays") (par exemple, étalement des grains dans le sens contraire des aiguilles d'un montre au dessus d'une zone d'étalement dans le sens contraire) qui posaient vraiment des questions... car ils excluaient eux mêmes la méthode "bâton et corde"...bien avant le spectacle de Doug et Dave.


" Les réponses sont les suivantes :

Les premières formations étaient de simples cercles, puis des cercles avec des satellites. Au cours des années suivantes, apparurent des figures géométriques de plus en plus sophistiquées et dessinées avec précision. La végétation est courbée car les noeuds (ou nodosités) ont explosé. Les tiges ne sont pas cassées et en fait on constate souvent que les plantes repoussent.

" Jusqu'à présent nous avons seulement rappelé les données. Voici maintenant l'explication proposée. Toutes les formations significatives ont été observées dans une zone proche d'installations de recherches importantes de la Défense britannique, et souvent dans un espace aérien contrôlé.

" Autant pour les aliens et les druides (" So much for the Aliens and Druids "). Ces études nous suggèrent que les formations dans les récoltes sont le résultat d'expériences sophistiquées de guerre électronique conduites par des firmes travaillant pour la défense.

La réponse à la question (1) nous donne la première clé. Si vous essayez de calibrer un faisceau, dessiner une forme dans un champ de blé peut fournir une information précise à l'intérieur du diamètre d'une tige et sur une étendue de centaines de pieds, une situation de test idéale.

 

Commentaire du physicien Bruce Maccabee :

" A mon avis, cette forme de "connexion Défense - Cercles est vraiment " extrême ". Il (Vallée)dit ici que la réponse à la première question ci-dessus (y a-t-il un changement dans la nature des constructions à mesure que le temps passe ?) est une indication qu'un progrès a été réalisé dans la technologie de la défense britannique. Au début, les formes étaient simples. Puis elles sont devenues complexes... donc la technologie a progressé.

" En tant que chercheur impliqué dans les lasers militaires (ou faisceaux de micro-ondes). je voudrais dire que le "calibrage" d'une arme à faisceau en dessinant une forme dans un champ de céréales serait de loin la méthode la MOINS probable.

(A) Ils utiliseraient une " planche cible " ou quelque dispositif spécial pour mesurer la précision de la direction du faisceau, pas un champ de blé,

et

(B) dans l'hypothèse peu probable où ils voudraient utiliser un champ de blé, ils utiliseraient un champ dont ils seraient propriétaires ...ils feraient " pousser le leur ".

" Je suis stupéfait, je dois l'avouer, que Jacques extrapole, de la présence d'établissements militaires équipés d'armes de guerre électronique, à l'utilisation de ces armes pour faire des dessins dans les champs de céréales des fermiers. La " guerre électronique ", ne signifie pas des armes à faisceau, cette terminologie vise la détection de signaux de transmission ennemis, soit pour les écouter, soit pour les brouiller (par exemple le brouillage radar).


Jacques Vallée poursuit :


" la réponse à la question (2) réduit le type d'énergie qui peut être responsable, car la quantité de chaleur par radiation nécessaire pour vaporiser l'eau contenue dans un noeud de tige de blé est une quantité connue, comme des tests réalisés en France et aux Etats-Unis l'ont vite établi.

Commentaire de Maccabee :

" Ici, il dit que le faisceau supposé chauffe la tige, et qu'il faut une certaine quantité d'énergie pour élever la température au point de ramollir le bas de la tige... (mais trop d'énergie brûlerait la plante, et il y a donc une plage étroite d'énergie nécessaire). Il utilise la preuve expérimentale du ramollissement des plantes pour en déduire qu'un chauffage par rayonnement infrarouge ou micro-onde est impliqué...voir ci-dessous.

 

Suite du texte de Vallée :

"La réponse à la question (3) nous indique les auteurs probables des tests. Il est tentant de sauter à la conclusion qu'une sorte d'arme spatiale est en développement. Je suis réticent à supposer cela à cause des coûts impliqués. Même si les satellites représentent la plate-forme ultime pour une telle arme, ce qui ne me paraît pas évident, les tests de calibration peuvent être conduits de manière beaucoup moins chère avec un avion conventionnel.

Réponse de Maccabee :

" L'idée d'un faisceau laser ou micro-onde porté par satellite qui aurait assez de puissance et de précision pour créer des construction de "crop" est...déraisonnable. Il faudrait des centaines de kilowatts de puissance électrique (peut-être des mégawatts) parce que les constructions (agroglyphes) devraient être "brûlées" dans le champ en quelques secondes... Mais il n'y a pas de source d'énergie spatiale capable de donner un tel niveau de puissance. Même s'il existait une telle source d'énergie et des faisceaux laser ou micro-onde, ceux-ci devraient être extrêmement précis pour créer des constructions aussi bien délimitées. Or, l'atmosphère cause une scintillation...cela pourrait faire osciller le faisceau alors qu'il serait en train de dessiner l'agroglyphe. Mais les dessins d'agroglyphes sont très précis.

Plus généralement, je pense que l'idée qu'une sorte de faisceau "tombe d'en haut" et crée un agroglyphe est en échec pour deux autres raisons fondamentales :

A) Les plantes sont ramollies près du bas...en fait dans un petit intervalle de hauteur près du bas (quelques pouces au dessus du sol), et pourtant la source de chaleur est censée venir d'en haut, ce qui crée le problème suivant : comment chauffer le bas sans provoquer un chauffage plus grand en haut (ou ramollir toute la tige ). 


B) En supposant que l'on pourrait trouver un moyen de concentrer la chaleur près du bas, cela causerait l'étalement du grain au hasard d'un côté ou d'un autre, ou il suivrait la direction du vent à ce moment. Pire encore, comment produirez-vous un étalement de la récolte de sorte que la couche du bas soit dans le sens des aiguilles d'une montre et la couche du haut dans l'autre sens...ou, comme dans certains cas, les tiges tissées ensemble ?...

Je pense que Jacques a raison de rejeter l'alternative satellite. 

 

Suite du texte de Jacques Vallée :


" Dans les cas où les témoins au sol ont vu des formations en train d'être créées, ils ont décrit une lueur rougeâtre au niveau du sol, avec la végétation se pliant en quelques minutes ".

Commentaire de Maccabee :


" C'est la première fois que j'entends parler d'une "lueur rougeâtre". Je me demande si ce sont des visions de nuit. Je sais que des témoins ont dit avoir vu des formations apparaître rapidement (de jour ?). "

Vallée :


" Cela serait consistant avec un faisceau dirigé vers le champ depuis un dirigeable le survolant, peignant une figure de la même façon qu'un faisceau d'électrons " peint " une image numérique sur un écran de télévision. "

Maccabee :

" Ma foi, oui...et non...Si vous aviez un dirigeable, vous pourriez avoir une arme à faisceau près du terrain (disons, peut-être à quelques miles) et alors vous n'auriez pas à vous soucier de la distorsion atmosphérique (un problème pour les armes à bord de satellite).

" Cependant, vous avez toujours le problème de fournir la puissance, ce qui veut dire une source d'énergie très puissante, qui nécessiterait un très grand dirigeable. Le poids serait fonction du nombre de kilowatts-seconde ou mégajoules nécessaires pour ramollir les plantes sur tout un agroglyphe, en gardant à l'esprit que la tige est fine - quelques mm d'épaisseur - comparée à l'espacement entre les tiges - beaucoup de centimètres - si bien que le "couplage d'efficience" aux tiges est faible. Et puis il y a le problème de faire arriver la puissance jusqu'au niveau du sol (quelques pouces au dessus du sol) sans griller le sommet des plantes...ou ramollir toute la tige de haut en bas. Et ensuite il y a le problème de l'étalement ("lay"). Si l'on chauffe seulement les plantes, cela pourrait les faire plier de n'importe quelle façon... ou suivant la direction du vent. Comment " peigne "-t-on les plantes pour en faire une jolie formation linéaire et circulaire ?

 

Vallée :


" D'après des entretiens que j'ai eus avec des enquêteurs impliqués, il est improbable que le faisceau serait un simple faisceau infrarouge. Au lieu de cela, il pourrait y avoir une combinaison d'émetteurs laser et micro-onde, ou une forme de maser. "

Maccabee :


" Un maser engendre une radiation micro-onde. De puissantes micro-ondes pourraient sans doute être engendrées, pas par un maser mais par une autre source (klystron, gyrotron, etc). Il faut alors une antenne micro-onde pour diriger le faisceau de micro-ondes. Pour obtenir un faisceau précis, ayant un petit diamètre à la surface de la terre, il faudrait une antenne d'une certaine dimension (d'au moins plusieurs pieds de large) et l'antenne devrait pouvoir être orientée avec une grande précision. Il ne serait sans doute pas nécessaire d'ajouter un laser si le faisceau micro-ondes était assez puissant. Un laser infrarouge à grande puissance, comme des armes laser qui existent en tout petit nombre actuellement (deux ou trois ?...et chacune a la taille d'une petite maison) grillerait la plante de haut en bas.
 "

Vallée :


" Peut-être que les tests de plus en plus sophistiqués sont conçus, justement, pour découvrir les combinaisons optimales.


Maccabee :


" A mon avis, cette spéculation repose sur une hypothèse erronée. "

Vallée :


" Cela laisse en suspens plusieurs question : pourquoi les témoins ne voient-ils pas les plates-formes supposées en vol stationnaire si elles volent simplement au dessus de la campagne ? Que penser des " confessions " des deux retraités qui prétendent avoir fait les cercles avec un planche de deux sur quatre et un bout de corde ? Et pourquoi les expériences continuent-elles alors que la technologie semble avoir atteint un haut degré de perfection ? Je n'ai que des réponses provisoires à cette nouvelle série de questions : il y a de nombreuses années, j'ai fait une conférence sur la recherche ufologique à l'université d'Oxford. L'une des personnes présentes, membre de la faculté de physique, m'a fait part d'une expérience personnelle intéressante. Son hobby était de voler en planeur au dessus de la campagne anglaise. En une occasion, un bel après-midi, il fut étonné de voir son planeur se réfléchir sur une surface qui semblait immobile dans l'atmosphère. Il vola autour de l'objet et détermina que c'était un cylindre parfaitement réfléchissant. Il est évident qu'un tel dispositif aurait des caractéristiques de " faible visibilité " - celles d'une plate-forme furtive.

Maccabee :


" Ainsi, Vallée suggère que des dirigeables " invisibles " au dessus du terrain transportent des faisceaux à haute puissance que l'on " calibre " en leur faisant dessiner des formes complexes dans les champs de céréales des fermiers.

" Désolé... je ne suis pas preneur !

Vallée :

" Ce qui est suspect dans la confession des deux vieux messieurs, c'est qu'elle est apparue simultanément avec les journaux internationaux et CNN le même jour. Tout auteur publié, connaissant la difficulté d'obtenir l'attention des médias, sait qu'il faut une puissante firme de relations publiques pour obtenir une histoire en première page du Wall Street Journal, du New York Times, du Figaro et de bien d'autres journaux le même jour. Comment les deux retraités ont-ils eu le même poids pour lancer leur revendication dans le monde entier ? Le résultat fut instantané : la presse et, plus important encore, la plupart des scientifiques, perdirent tout intérêt pour cette histoire pendant dix ans. "

Maccabee :


C'est un " bon " point... Son meilleur jusqu'à présent ! Pourquoi l’ " aveu de culpabilité " de D&D (Ndt : Doug and Dave, les deux vieux messieurs) ne fut-il pas ignoré, de même que tous les autres commentaires qui fusèrent de toutes parts sur les agroglyphes au début des années 90 ?

(Ici, Maccabee donne quelques exemples analogues d'aveuglement de la presse, notamment Roswell et les ballons)

Vallée :


" Pourquoi les tests continuent-ils ? J'admets que je n'ai pas de bonne réponse à cela. Il semble tiré par les cheveux de supposer qu'ils sont devenus de nature plus sociologique que technologique, encore que cela pourrait être une explication. Tôt ou tard, la vérité sera connue, et elle pourra être utilisée pour discréditer la communauté des chercheurs sur le paranormal qui se sont précipités pour déchiffrer des écritures alien dans les formations, ou qui ont émis l’hypothèse sur un retour des Druides, des lumières terrestres ou des messages de Gaia sans tester d'abord la physique de base de la situation. Il se pourrait aussi que de telles hypothèses aient été plantées froidement dans le milieu " Nouvel Age " dans le cadre d'expériences de guerre psychologique, et que la nature réelle des formations céréalières puisse ainsi rester longtemps à l'écart d'une attention sérieuse. "

Maccabee :

" Ces considérations sont, à mon avis, des songeries (" musings ") fondées sur une prémisse fausse. "

Vallée :


" Pourquoi quelqu'un voudrait-il développer un tel faisceau ? La destruction de missiles à leur arrivée (ou simple brouillage de leur électronique) serait un objectif évident, mais plusieurs projets sont déjà en cours pour produire de telles armes, notamment chez Boeing et d'autres contractants pour la défense. Mais nous pourrions nous tromper en supposant que le faisceau lui-même est une arme ; il pourrait être utilisé simplement pour guider une quantité beaucoup plus grande d'énergie (plasma contenu, ou la boule de feu créée par une explosion nucléaire, par exemple) à sa destination ultime. Le type de menace que cela représente dans le monde actuel comprend des cibles que l'on pourrait ne pas vouloir faire exploser, mais plutôt "fondre" dans une boule de feu. Une telle cible pourrait être un laboratoire biologique, une usine chimique, où la dispersion d'un élément pathogène est indésirable. "

Maccabee :

" Les idées qui précèdent sont des songeries intéressantes mais indépendantes du

problème des agroglyphes. "

 


Retour au menu "Articles"


Retour au menu