Enlevés

documentaire de 52 minutes

Écrit et réalisé par Stéphane Allix

Une coproduction 13e Rue & Bonne Pioche ã 2004

Produit par Yves Darondeau, Christophe Lioud, Emmanuel Priou

 

À travers le monde entier, des hommes, des femmes mais aussi des enfants prétendent être enlevé par des extraterrestres. Une partie de ces gens sont littéralement traumatisés par leurs expériences. Ils n’ont aucune envie de convaincre leur entourage de la véracité du phénomène. Ils ont conscience de l’absurdité de ce qu’ils racontent, de ce qu’ils pensent vivre. Ils appellent à l’aide. " Enlevés " est une rencontre avec ces hommes et ces femmes, des gens de tous les jours, normaux, sincères, désemparés, qui racontent tous la même expérience inimaginable.

C’est aussi le portrait d’un homme d’exception : John E. Mack. John Mack était un éminent docteur en psychiatrie, un des professeurs les plus respectés de la prestigieuse université américaine de Harvard, Prix Pulitzer en 1977 et fondateur du département psychiatrie de l’hôpital de Cambridge. Après avoir étudié une centaine de cas, John Mack a publié en 1994 un gros ouvrage de 600 pages intitulé Abduction dans lequel il explique en substance, que ce que les personnes enlevées décrivent… est réel ! Le diagnostic de John Mack — confirmé par différentes études et tests psychiatriques réalisés par d’autres équipes — est bouleversant : ces gens ne souffrent d’aucune pathologie mentale. Ils ne sont pas fous ! Ils sont sincères ! Bien vite on découvre qu’aucune théorie satisfaisante ne peut expliquer ce qui leur arrive. Quelque chose de physique et d’extérieur s’immisce dans leur existence. Mais quoi ?

John Mack est mort le 27 Septembre dernier, à Londres, fauché par une voiture alors qu’il quittait un dîner et rentrait à pied à son hôtel. Quelques semaines après ce drame, une cérémonie en sa mémoire a rassemblé dans les murs de la Harvard's Memorial Church à Boston, l’ensemble de ses amis, des scientifiques de haut niveaux, des enseignants, des anonymes et… des enlevés. C’est là que commence le film.

Stéphane Allix


Voici des informations, fournies par Stéphane Allix, sur les témoins de son film qui étaient présents lundi 11 avril au Grand Rex, ainsi que sur les Drs Bernstein et Mack qui les ont étudiés.

Bonne lecture. 

 

J'espère que ce texte va faire mieux saisir l'importance de ce film et de cette conférence en France, ou le dossier américain des enlèvements est encore si mal connu. Pour les esprits critiques, on peut regretter que ce dossier ne soit pas complet, mais c'est, à mon sens, un pas important pour le faire connaître du grand public français, et même du petit monde ufologique.

 

1 - Tout d'abord, présentons le réalisateur Stéphane Allix:

 

John Mack et Stéphane Allix (à droite)

 

 

Stéphane Allix a 36 ans. Ecrivain, réalisateur, journaliste et photographe pour la presse écrite et la télévision (depuis 1988) : observateur clandestin de la résistance afghane à Kaboul (Afghanistan) (1988), voyages en Inde et au Népal, enquêtes sur la résistance du peuple tibétain à l'invasion chinoise (1989-91), couverture pour le journal le Monde de la révolution du Parti du congrès népalais à Katmandou (Népal)  (1990), investigations sur la famine dans la Corne de l'Afrique  (1992), sur le retour de la démocratie à Madagascar (1993), voyages en Iran, au Pakistan, en Asie centrale, dans le Caucase, en Europe, aux Etats-Unis et enquêtes notamment pour le Monde diplomatique, Arte, Canal+, France 2 et France 5 sur les questions de production d'opium et le trafic d'héroine, analyse des enjeux de l'économie noire, étude des filières du trafic et de leur proximité avec guerres civiles et mouvements terroristes (depuis 1995) ; nombreux voyages et reportages en Afghanistan (depuis 1995) : étude du mouvement des Taliban, suivi de l'évolution de la guerre civile et de ses implications régionales ; fondateur et directeur de l'antenne afghane de la Société des explorateurs français à Kaboul (2000/2001) ; fondateur de la société de production audiovisuelle Mandarava Productions à Paris (2000). Se consacre depuis deux ans à l’étude des frontières de la science et de certains phénomènes inexpliqués. (Physique quantique, Astrophysique, Hypothèse extraterrestre, NDES). 
Auteur ou/et réalisateur des films : Tibet, l'armée des ombres (1992) ; Massoud, en attendant l'hiver (1998) ; Dérives roumaines et Taliban, l'ombre et l'espoir (1999) ; Islamiste-USA : l'histoire secrète d'une alliance contre-nature (2001) ; la Route de l'héroïne (2003), Afghanistan : un autre regard (2004) ; Enlevés (2004).
Auteur des ouvrages :
-  La Petite cuillère de Schéhérazade (Ramsay, 1998)
-  Carnets afghans (avec N. Calestrémé. Robert Laffont, 2002)
-  Afghanistan, aux sources de la drogue (Ramsay, 2003)
-  Afghanistan, visions d'un partisan (album photographique. Transboréal, 2003).
Distinction : Médaille de la Société de géographie (1999)

 

 

2 -  Les deux scientifiques qui ont étudié les témoins :

Dr Paul Bernstein:



Le Dr. Paul Bernstein a collaboré avec John Mack dans son travail de recherches sur le phénomène des enlèvements extraterrestres. Et notamment sur celles publiées dans le dernier livre de John Mack: « Passport to the Cosmos » (1). Il a co-édité le bulletin de l'institut du Dr. Mack, « Perspectives du Programme de Recherches sur les Expériences Extraordinaires » ; il connaît personnellement plusieurs des enlevés présents dans le film de Stéphane Allix. Dans des secteurs de recherche voisins, Paul Bernstein a travaillé avec des gens ayant vécu des expériences de mort imminente. Il a édité le bulletin de l'Association Internationale pour des Etudes de la mort imminente, et il fait partie du conseil d'administration de cette organisation.
Paul a enseigné les sciences sociales à l'université de Boston et à l'université de Californie.


Dr John E. Mack, M.D.( voir biographie en annexe )

 

John E. Mack est né à New York en 1929. C’est déjà à Harvard qu’il obtient son doctorat en médecine en 1955. En 1969, il est nommé responsable du département psychiatrie de l’hôpital de Cambridge. En 1973, il dirige le département psychiatrie de l’hôpital de Harvard. Parmi la dizaine de livres qu’il publie, la biographie qu’il consacre à T. E. Lawrence en 1977, sera récompensée par le Prix Pulitzer. L’homme est grand, d’allure distinguée.

 

En avril 1994, cet homme des plus sérieux publie un pavé de 600 pages intitulé « Abduction », terme par lequel on désigne le phénomène des enlèvements aux États-Unis. Après avoir étudié une centaine de cas, dont treize sont détaillés de façon clinique dans le livre, il explique en substance que ce que les personnes enlevées décrivent est réel ! « En tant que clinicien, je sais faire la distinction entre ce qui est fantasmagorique, ce qui est du domaine du rêve, de la folie, et de ce qui est réellement arrivé. Le seul problème dans notre culture est que cela n’est pas supposé arriver ».
Le diagnostic de John Mack quant à la santé mentale des enlevés a été confirmé depuis par différentes études et tests psychiatriques réalisés par d’autres équipes. Des spécialistes en santé mentale, reconnus et respectés, déclarent donc que les gens prétendant avoir été enlevé ne sont pas fous, et présentent en outre des symptômes de stress post-traumatique, stress d’ordinaire lié à un événement traumatisant réel. Le stress post-traumatique qu’éprouvent les enlevés est similaire, par exemple, à celui de vétérans du Vietnam.

John Mack est mort le 27 Septembre 2004, à Londres, fauché par une voiture alors qu'il quittait un dîner et rentrait à pied à son hôtel. Il allait avoir 75 ans.

 

3 -  Les témoins supposés d’enlèvements, participants au débat du Grand Rex :


Michael et Trish:


Trish est originaire de Chicago. Michael de New York. Il ont tout deux dépassé la cinquantaine. 

Trish n’a découvert être enlevée qu’en 1997. Enfance heureuse dans une famille aisée, mariée durant 18 ans, mère de deux enfants, chef d’entreprise durant 14 ans, Trish n’a jamais été ni de près ni de loin intéressée au phénomène ovni et encore moins à celui des « enlèvements extraterrestres ». C’est en rencontrant Michael, en 1997, et après l’observation d’un ovni en sa compagnie, qu’elle va découvrir une partie de ses mémoires cachées, sans jamais avoir lu un seul livre sur le sujet.  Elle habite aujourd’hui à New York, avec son compagnon, Michael.
 

Michael est new-yorkais depuis toujours. Enfance heureuse passée au milieu de sept  frères et soeurs. Il a le souvenir d’avoir eu des contacts dès la petite enfance. Michael faisait des dessins de ses rencontres avec des êtres dont les  premières représentations seront publiées dans des livres vingt ans plus tard.

Peter et Jamy

 

Peter (photo de droite), la quarantaine, vit sur la côte Est des Etats-Unis. Il est marié à Jamy depuis près de vingt ans. Peter fut l’un patients de John Mack dès 1992 (note : il s’agit du treizième témoin présenté par John Mack dans son livre « Abduction » (2) ). Les expériences de Peter furent initialement vécues comme d'intenses traumatismes que John et lui explorèrent lors de premières séances d’hypnose.

Jamy, quant à elle, n’est pas directement concernée par le phénomène mais, en épouse aimante, elle a accompagné Peter tout au long de ces années difficiles. La vie de Peter a changé en grande partie à cause de ses expériences. Et Jamy a été témoin de ce processus. Que faire lorsque votre mari dit vivre des contacts avec d’autres êtres et que vous savez qu’il est parfaitement sain d’esprit ?


(1) John Mack, « Passport to the Cosmos », Crown Publishers,  New York, 1999, non traduit en français. 

(2) John Mack, « Abduction. Human Encounters with Aliens”, Scribner’s, New York, 1994 (trad. en français : “Dossier Extraterrestres. L’affaire des enlèvements”, Presses de la Cité, 1995

 


J'ai le plaisir de pouvoir dire que la projection, suivie d'un débat, du film de Stéphane Allix sur le phénomène des enlèvements aux Etats-Unis a été un événement important pour l'ufologie en France.
Cette projection a eu lieu le lundi 11 avril 2005, au Grand Rex, comme film de clôture du festival Jules Verne.

D'abord, parce que le film est excellent (il sera diffusé en juin sur la chaîne câblée 13ème Rue, France 2 s'étant désistée malheureusement), et ensuite parce qu'il a été suivi d'un débat de grande qualité, avec plusieurs témoins du film. Le public, nombreux, a pu poser des questions, très pertinentes, et les jeunes animateurs de cette séance ont également été très bien.
Stéphane a pu rencontrer deux chercheurs de premier plan, le Dr John Mack et Budd Hopkins (photo de droite), le grand pionnier de ce type d'enquêtes. Le film a présenté plusieurs témoins d'enlèvements supposés, que lui ont présenté Mack et Hopkins, tous visiblement sérieux et crédibles.
Je n'en ai pas cru mes yeux, après toutes ces années de discrédit sur les ovnis en France dans les grands médias, en particulier sur les histoires d'enlèvements. Il faut remonter aux années 70 pour trouver un événement comparable, en l'occurrence une conférence de Jean-Claude Bourret à la salle Pleyel, pleine de gens passionnés par le sujet. Certes, ce n'était pas l'enthousiasme lundi-soir, mais le public, nombreux, était bien disposé. Le pare terre de l'immense salle du Rex était pratiquement plein, environ 850 personnes, pour cette séance de clôture du festival Jules Verne.
Bravo à Stéphane Allix pour cet excellent document, et bravo aux organisateurs. Espérons que cette manifestation aura des suites médiatiques.

Gildas Bourdais


Retour au menu "Articles"


Retour au menu