AIR FORCE NEWS

990324. Un centre de prévention pour éviter les fausses alertes nucléaires induites par le bug de l'an 2000

par Jim Garamone
Service de Presse des Forces Américaines (AFPS)

2 MARS 99

WASHINGTON (AFPN) -- La Russie a donné son accord à la proposition des États-Unis pour que les deux pays établissent un centre temporaire de pré-alarme. Celui-ci servira à réduire le risque de déclenchement d'une fausse alerte nucléaire causé par le problème informatique du passage à l'an 2000.

Edward Warner III, sous-secrétaire à la défense chargé de la planification, affirmait le 25 février que ce problème informatique, surnommé aux E.U. "Y2K" et "the millenium bug"(le bogue du millénaire), ne représente aucun danger de lancement accidentel de missiles.

Les Présidents Bill Clinton et Boris Eltsin se sont mis d'accord pour créer un centre conjoint permanent de pré-alarme en Russie quand ils se sont rencontrés à Moscou en septembre. Toutefois le centre ne peut pas être construit avant la fin de cette année. Les Américains soucieux de l'état du système russe ont suggéré la construction d'un centre temporaire de pré-alarme à Colorado Springs (état du Colorado).

Warner ajoutait que le centre temporaire aura des moyens de communication instantanée et de bonne qualité avec les etats majors des deux pays. Les systèmes de pré-alarme américains alimenteront le site avec un flot continu de données, incluant les renseignements au sol et ceux fournis par les satellites.

"Il est possible que les Russes alimenteront aussi le site avec leurs données de pré-alarme," dit-il. Cette éventualité a été suggérée pendant nos entretiens."

Le centre de Colorado Springs peut fonctionner même sans les données russes, précisait-il. Il sera opérationnel de début décembre à la mi-janvier 2000. Warner a ajouté qu'un groupe de travail du Département de la Défense se déplacerait à Moscou en Mars pour rencontrer leurs homologues russes et finaliser les plans du centre.

Les problèmes du bug de l'an 2000 proviennent de la pratique de l'industrie informatique d'enregistrer les dates avec seulement les deux derniers chiffres. Par exemple, 1999 donne "99". Comme de nombreux ordinateurs sont susceptibles de comprendre "00" comme "1900", personne ne sait ce qui arrivera à tous les systèmes informatiques de la planète le 1er janvier 2000.

Les Russes travaillent depuis mai sur les problèmes du "Y2K" en ce qui concerne leurs systèmes de commande et de contrôle des armes nucléaires, disait Warner. Les Russes n'ont pas demandé d'argent aux États-Unis pour combattre leurs problèmes, et les responsables des E.U. ne connaissent pas les autres aspects du problème russe du bug de l'an 2000.

Les responsables du Département de la Défense (DOD) ont affirmé que les Russes connaissent le bug et ses possibilités perturbatrices, mais qu'ils n'ont pas consacré de ressources pour le combattre. Les officiels russes estimaient que le bug pourrait coûter 3 milliards de dollars. Warner racontait que les Russes lui ont confié que le plus gros problème n'était pas l'argent mais le personnel. D'autres lui ont dit que la Russie a un important groupe d'experts informatiques sous-employés, donc les gens qualifiés ne manquent pas.

Le DOD continue à travailler sur le problème avec le Ministère de la Défense russe, concluait-t-il.

(traduit de l'anglais par Christophe - UFOCOM trad./sci.)


Retour au menu "NEWS"


Retour au menu