AIR FORCE NEWS

981159. L'Air Force se prépare pour le 21e siècle

par le Sgt. Chef Senior Jim Katzaman
Service d'Informations de l'Air Force

7 août 98

 

WASHINGTON -- Décrivant ainsi "la suite logique" du support aux combattants et de l'amélioration de la qualité de vie du personnel aérien, les dirigeants de l'Air Force ont dévoilé le 4 Août dernier les détails du corps expéditionnaire aérospatial (Expeditionary Aerospace Force - EAF).

Le secrétaire suppléant F. Whitten Peters et le Gén. Michael E. Ryan, Chef d'Etat-Major, ont présenté l'EAF comme "un moyen bien plus efficace de répondre aux crises."

Au sein du corps expéditionnaire aérospatial, les corps expéditionnaires aériens individuels (Individual Air Expeditionary Forces - AEF), devront rester en alerte ou être déployés sur des périodes pouvant s'étaler jusqu'à 90 jours, d'ici le 1er Jan. 2000. Ces forces devraient provenir des principales bases de "tireurs," ou d'escadres combattantes, et être appuyées par le personnel et l'équipement d'autres bases d'états proches ou par delà les mers.

Ryan a indiqué que l'EAF devrait être constitué d'une dizaine de corps expéditionnaires aériens, dont deux resteront en alerte à tout moment afin de parer à toute éventualité ou urgence humanitaire en tout point du monde.

Ceci permettra, d'après Peters et Ryan, d'obtenir une force plus réactive pour les commandants en chef ainsi qu'une meilleure qualité de vie pour l'ensemble du personnel capable de prévoir ses longs déplacements à l'avance.

"Durant la Guerre Froide," a indiqué Peters, "l'Air Force était une force de garnison centrée sur les actions à long terme et opérant à l'aide d'escadrilles situées dans des bases fixées aux Etats-Unis, en Europe ou dans le Pacifique.

"Au cours des dix dernières années, nombre de ces bases ont été fermées, et nos actions se sont progressivement dirigées vers des opérations ponctuelles où des escadrilles sélectionnées se déploient [depuis ces bases] vers d'autres bases distantes pour la seule durée de leur mission."

Le secrétaire à indiqué que ces unités ont chacunes été déployées en fonction de leur adéquation à la situation et au sein de structures de commandement et de contrôle spécifiques pour chaque opération. Cette approche, selon lui et Ryan, a fortement marqué le personnel de l'Air Force au cours de longs et fréquents déplacements, ainsi que ceux affectés pour occuper les postes laissés vacant dans les bases.

Ryan a expliqué que la solution consiste à réaliser que les nombreuses et relativement petites opérations de support menées par l'Air Force au cours ces dernières années représenteront la manière dont l'Air Force pourra fonctionner dans l'avenir.

Il a cité la dernière rapide constitution de forces en Iraq comme une bonne illustration de ce que des AEF individuelles, exploitant l'idée d'un concept offensif réduit et léger, peuvent réaliser dans un contexte allié.

Le concept du corps expéditionnaire aérospatial, tel que l'ont décidé Peters, Ryan et d'autres dirigeants de l'Air Force, est la réponse logique pour une entrée de l'Air Force dans le 21e siècle.

"Le type d'événements dans le contexte desquels nous sommes intervenus n'est pas prêt de disparaître," a déclaré Ryan. "Nous disposons d'une Force Aérienne de type mondial, et il s'agit là d'une évolution naturelle dans la façon dont nous organisons, entraînons et employons les forces aérospatiales. Une transition vers les EAF est nécessaire afin de pouvoir remplir mieux encore notre mission et de prêter attention à notre personnel dans l'avenir.

Le chef d'état-major a souligné le fait que l'Air Force continuera à répondre aux différents besoins dans le monde entier, avec une meilleure gestion du personnel et des ressources.

Comme l'a indiqué le général, le corps expéditionnaire aérospatial, inspiré des AEF individuelles, "constitue la exploitation plus efficace de la puissance aérospatiale dans les conflits armés. Ceci par une meilleure exploitation par l'Air Force de l'ensemble de forces -engagés, civils, Garde Nationale Aérienne et Réserve de l'Air Force- nous permettant de réduire les délais opérationnels pour nos personnels."

L'Air Force, a déclaré Peters, souhaite développer le système actuel dans lequel les gardes et les réservistes effectuent leur service normal dans le cadre d'un déploiement. Dans les AEF, les membres d'éléments de réserve peuvent planifier leurs engagements militaires normaux et s'organiser avec leurs employeurs plus d'un an à l'avance.

L'Air Force prévoie également de créer près de 5 000 positions pouvant supporter les forces déployées en assignant de nouvelles affectations aux spécialités moins susceptible d'être déployées. Des regroupements et des privatisations, ainsi que certaines réductions de sites administratifs, pourront rendre ces changements possibles. Ces nouvelles positions devraient être réparties sur environ 29 bases, exploitant la réactivité d'effectifs réduits offrant un rythme apprécié par des forces de soutien particulièrement stressées.

Peters et Ryan ont indiqué quelles étaient les caractéristiques-clés du concept des EAF:

- Chaque corps expéditionnaire aérien sera prêt à répondre à toute éventualité au cours de périodes de 90 jours environ et tous les 15 mois. En moyenne, deux AEF sur 10 resteront opérationnelles à tout moment.

- Les unités affectées au AEF s'entraîneront comme elle combattront. Au cours de certaines périodes, les unités en service, de Garde et de Réserve s'entraîneront ensemble en exploitant le commandement et le contrôle d'une escadre dirigeante ainsi que les éléments de commandement des unités constituantes. "Ce qui est également important, les unités AEF s'entraîneront ensemble au déploiement dans des exercices tels que le Drapeau Rouge," a indiqué Peters.

- Le déploiement des forces de chaque AEF sera spécifiquement adapté à chaque événement dans le cadre du support aux troupes engagées dans un conflit, rendant ainsi les forces aériennes plus légères, mois souples, et plus offensive que jamais.

Le secrétaire suppléant a indiqué que les hommes et les femmes constituant la force "seront aussi de grands gagnants" une fois le corps expéditionnaire aérospatial en place:

-- Celui-ci leur apportera une meilleure planification et une meilleurestabilité dans leur vie, puisque les unités seront déployées ou resteront opérationnelles au cours de périodes connues de 90 jours.

-- Chaque unité opérationelle disposera d'un agenda de ses déploiements pour les entraînements et les exercices, comme pour les déploiements occasionnels prévus -- jusqu'à un an ou plus à l'avance. Ceci permettra aux gardes, ainsi qu'aux réservistes et leurs employeurs d'être plus informés des déploiements, et de permettre une meilleure utilisation de ces forces.

-- Les forces déployées à l'étranger, comme celles démeurant aux bases, devraient bénéficier de délais réduits, grâce à la réorganisation de 5 000 positions affectées à la force.

"Nous disposons d'un personnel exceptionnel réalisant chaque tâche que nous lui indiquons de faire", a déclaré Ryan, "et il m'a déclaré être déployé trop souvent, sans être assez informé et travaillant trop dur pour remplacer les forces déployées. Les EAF représentent donc l'approche adaptée à notre personnel. En plus de cela, les EAF offriront aux forces engagées dans des conflits armés une force de combat bien supérieure pour le 21e siècle."

Traduction de l'anglais: Jérôme (UFOCOM)


Retour au menu "NEWS"


Retour au menu