« Présence invisible » : la réalité des trous noirs confirmée

 


Les données rapportées par un télescope spatial montrent, de façon très convaincante, que les trous noirs sont vraiment plus qu’une hypothèse.

États-Unis
12/01/2001 - Einstein, il y a près de 100 ans, en avait prédit l’existence dans sa théorie de la relativité : mais ce sont de toutes nouvelles données, présentées au Congrès de l’American Astronomical Society, qui ont apporté des preuves solides sur l’existence... des trous noirs.

Des astrophysiciens, travaillant avec les données du télescope Chandra X-Ray Observatory, se sont penchés sur les rayons X émis par six objets célestes qu’ils supposaient être des trous noirs. Une comparaison entre les ondes de ces objets et celles renvoyées par des étoiles à neutrons a apporté bien des surprises, rapportent Michael Garcia et ses collègues du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics et du College University en Irlande.


De la matière qui tombe sur un trou noir... ou sur une étoile à neutrons (Images de CXC/M. Weiss)

Trous noirs et étoiles à neutrons sont tous deux des objets très denses qui habitent dans le voisinage d’étoiles semblables au soleil. Parfois, ces petits malins très compactés – et qui ont donc une grande force gravitationnelle – « avalent » des bouts du « soleil » qui est dans les parages. La matière ainsi volée, lorsqu’elle s’écrase sur la surface des étoiles à neutrons, renvoie une grande lumière ; une lumière 100 fois plus forte que quand un trou récupère la même quantité de particules. Pourquoi? Ce serait l’horizon, une caractéristique unique aux trous noirs, qui expliquerait cette différence et qui, par conséquent, confirmerait l’existence de ces « objets invisibles ». L’horizon des trous noirs, explique Ramesh Narayan, un collègue de Michael Garcia, peut être comparé à de l’eau qui disparaît dans une chute : elle tombe et ne revient plus.
Ce que ces scientifiques ont réussi à faire, donc, c’est photographier des « gouttes de lumière » juste avant qu’elles ne disparaissent dans la gravité infinie des trous noirs et montrer ainsi, une fois de plus, qu’Einstein avait raison.

Anick Perreault-Labelle
apl@cybersciences.com

Communiqué par Yves – Janvier 2001

Reproduit à partir de : http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N2182.asp


Retour au menu "NEWS"


Retour au menu