Les signaux d'EQ Pegasi

 

Le 31 octobre 1998, Xavier (équipe "Renseignements") signale qu'une rumeur circule au sujet d'un signal artificiel émanant du système EQ Peg et qui aurait été détecté par un radio-astronome amateur anglais. Le compte-rendu détaillé de l'affaire (en anglais) se situe à http://www.geocities.com/CapeCanaveral/Hall/7193/ et est mis à jour presqu'en temps réel.

Mais dès le 29 octobre, David Whitehouse de la BBC écrivait ce qui suit sur le site de la très célèbre entreprise britannique. Il s'agit d'une traduction libre. Vous pourrez trouver l'article original à BBC News | Sci/Tech | Puzzle over alien 'discovery'. Cela me paraît être un résumé potable conçu pour le lecteur pressé.


Débat au sujet d'une découverte "extraterrestre".

par David Whitehouse, éditeur scientifique de la BBC.

Jeudi 29 octobre 1998, 18h42

Le monde scientifique est en ébullition depuis qu'un (radio)astronome amateur prétend qu'il a peut-être capté des signaux émanant d' "étrangers" (extraterrestres) vivant dans un autre système solaire.

D'autres astronomes se sont mis au travail afin de confirmer ou d'infirmer la réalité de ceux-ci.

Ceci pourrait être soit la plus importante découverte jamais faite, soit, plus raisonnablement, un cas d'erreur d'identification ou une "arnaque" élaborée.

Au début, l'astronome amateur qui a découvert les signaux ne voulait pas révéler son identité. Cependant, depuis, il a été identifié comme étant Paul Dore, ingénieur de la société Siemens Plessey Systems au Royaume Uni.

Il a utilisé un petit radio-télescope appartenant à la firme afin de sonder le ciel, à la recherche de signaux intelligents.

Le 22 octobre et la nuit suivante, il a rapporté avoir détecté des signaux émanant du système solaire EQ Pegasi qui se trouve à 22 années-lumière de chez nous.

Ces signaux n'étaient pas de type "naturel". Les données ont été distribuées à divers astronomes et observatoires.

Cependant, des astronomes du Jodrell Bank Observatory, en Angleterre, disent qu'il s'agit d'un cas d'erreur d'identification.

La vérité est ailleurs

La même recherche de vie extraterrestre est conduite par des astronomes professionnels qui utilisent les plus grands radio-télescopes du monde, comme celui d'Arecibo à Puerto-Rico.

Ils appellent cela "SETI", Search for Extra-Terrestrial Intelligence (Recherche d'Intelligence Extra-Terrestre).

Avec le développement de la radio astronomie dans les années 50, des astronomes réalisèrent qu'ils avaient des télescopes qui pouvaient envoyer et recevoir des signaux radio des étoiles.

La première recherche de signaux radio venant de l'espace eut lieu en 1960. Deux étoiles proches ont été observées mais aucun signal ne fut détecté.

Depuis lors, une quarantaine de recherches ont été effectuées. Plusieurs signaux inhabituels furent détectés mais les astronomes pensent qu'aucun d'eux n'émanaient de forme de vie intelligente.

Le mois dernier, des astronomes, travaillant au radio-télescope géant d'Arecibo et dirigeant le projet Phoenix (une recherche détaillée de signaux radio émanant de vie intelligente dans l'espace) a détecté un signal d'EQ Pegasi mais conclurent qu'il s'agissait d'une interférence humaine.

Le système solaire EQ PEG ne ressemble en rien au nôtre. Il consiste en deux naines rouges orbitant l'une à l'entour de l'autre. De temps en temps, des explosions, appelées "éclats stellaires" (stellar flares), se produisent sur chacune des étoiles.

Détecter des signaux émanant d'une intelligence résidant dans un système solaire proche serait la découverte scientifique la plus importante jamais faite.

Pour le moment, il est probable que les signaux radio "alien" soient juste des interférences d'origine humaine.

Des signaux terrestres peuvent facilement abuser les astronomes qui pensent avoir détecté ET.

Les chercheurs du Projet Phoenix ont récemment suivi un signal pendant 14 heures avant de réaliser qu'il s'agissait d'un satellite scientifique.

Plusieurs astronomes impliqués dans la recherche de vie dans l'espace ont exprimé leurs regrets liés à ce que les observations d'EQ Pegasi aient été diffusées sans tenir compte de la procédure prévue pour avertir le public de la réception d'éventuels signaux extraterrestres.

A cause de cela, ces astronomes disent qu'ils soupçonnent que toute cette affaire soit un coup-monté.

Même si cela était, cela aura permis aux scientifiques de repenser à la manière dont ils diffuseraient la nouvelle d'une réelle découverte.


Ma première réaction fut de contacter la SETI League qui, à mon sens, est un interlocuteur incontournable en matière de recherches de signaux extraterrestres. Le Dr Paul Shuch, directeur exécutif, répondit fort aimablement et me permit de traduire leur communiqué de presse concernant cette histoire :


UN CANULAR EVIDENT CONSTERNE LES SCIENTIFIQUES DU SETI

Pour plus d'information, contactez le Dr. H. Paul Shuch, Directeur Exécutif
(201) 641-1770, ou e-mail
n6tx@setileague.org
Pour diffusion immédiate.

LITTLE FERRY, New Jersay, Octobre 1998 -- Le pseudo-signal qui aurait été émis par une intelligence extérieure depuis les environs du système stellaire EQ Pegasi, dont la presse se fait l'écho depuis le 28 octobre 1998, serait le résultat soit d'un canular élaboré, soit d'une science prise sévèrement en défaut, selon le directeur exécutif de la SETI League, le Dr. Paul Shuch. Ce signal "intelligent" aurait prétendument été reçu par un amateur en Angleterre. La SETI League, organisation à but non lucratif, supportée par ses membres, analyse cette rumeur depuis le 23 octobre. Aucune de ses 63 stations d'observation autour du monde n'a été capable de confirmer cette réception. Le signal a été rapporté anonymement dans un message piraté d'une liste de distribution privée dédiée à la vérification de signal. Ensuite, le pirate est allé à la BBC, qui a relaté l'histoire. L'individu affirme qu'il (elle) n'est pas membre de la SETI League, ce qui est une consolation insuffisante pour le corps scientifique.

Le "signal" a été complétement discrédité par un bon nombre de radio-astronomes, amateurs et professionnels, qui ont analysé les images postées sur Internet. Les pesonnes qui ont rapportés ces prétendus signaux ont violé tous les principes d'une science responsable. Il, ou elle, n'a pas suivi les protocoles de détection de la SETI League, écrits avec soin, (voir <http://www.setileague.org/general/detect.htm>) auxquels se réfèrent toutes les stations participant à la SETI League. Cette personne n'a pas adhéré aux conventions internationales concernant la vérification de signal (voir <http://www.setileague.org/general/protocol.htm>). Ce radio-astronome amateur ne s'est pas identifié, et n'a pas répondu aux e-mails privés du directeur exécutif du SETI League, ni du coordinateur régional en Angleterre, empêchant toute vérification possible. Il n'a pas non plus attendu une contre-analyse pour annoncer sa "trouvaille" à la presse. Si ce n'est pas un canular flagrant, c'est le pire cas de science irresponsable (un cas qui peut descréditer complétement tout effort scientifique).

"L'anonymat et l'intégrité scientifique s'excluent mutuellement" a déclaré le Dr Shuch. "Un scientifique responsable, amateur ou professionnel, prend sur lui ses erreurs aussi bien que ses découvertes. Une des responsabilités des organisations scientifiques comme le SETI League est d'aider les médias à faire la distinction."

Les scientifiques du SETI cherchent à déterminer, au travers de l'analyse des micro-ondes, si l'humanité est seule dans l'univers. Depuis que le congrès (ndr: américain) a stoppé le financement du SETI par la NASA en 1993, la SETI League et d'autres groupes scientifiques ont tenté de privatiser cette recherche. Les expérimenteurs intéressés pour participer à la recherche de vie extraterrestre intelligente, ou les citoyens désirant les aider, peuvent écrire à join@setileague.org, consulter le site web de la SETI League à l'adresse suivante http://www.setileague.org, envoyer un fax au 1 (201) 641-1771, ou contacter la hot-line des membres de la SETI League, Inc. au 1 (800) TAU-SETI. La SETI League, Inc. est une organisation éducative et scientifique à but non lucratif, supportée par ses membres, ayant comme objectif la recherche d'intelligences extraterrestres en étudiant les ondes électromagnétiques.

Traduit de l'anglais par Fabien, resp. de l'équipe "traductions".

(ndr : au moment de la diffusion de ce communiqué, la SETI League ignorait l'identité de l'ingénieur "mystérieux".)


En dernière minute (03 novembre 98, 09h00 GMT), on apprend qu'une conférence de presse qui devait être tenue par Paul Dore, l'ingénieur qui aurait capté ces signaux, a été annulée. Il s'en explique dans une lettre envoyée hier et publiée sur le site consacré à cette affaire à http://www.geocities.com/CapeCanaveral/Hall/7193/cancelled.html.

En voici la traduction rapide:

"Le lundi deux novembre aura été l'une des plus mauvaises journées que j'ai jamais vécues. Voici un bref synopsis des événements qui ont suivi.

06h00 : j'arrive au travaille, j'effectue quelques petites tâches routinières et passe en revue les données de la nuit. C'était une journée sans rien de particulier lorsque, vers midi, je reçus un coup de fil des deux astronomes qui m'annonçaient qu'ils n'assisteraient pas à la conférence de presse et que je devrais me débrouiller par moi-même. "Bien alors" répondis-je, et ils s'excusèrent et raccrochèrent. Ensuite, mon superviseur m'appelle pour me dire que je dois arrêter immédiatement mon expérience. Ceci était très étrange car il en était un fervent supporter jusqu'à ce que la nouvelle éclate. Suite à sa requête, j'ai commencé à abaisser l'antenne, déconnecter le receiver et à emballer le kit tout entier. Le reste de la journée s'est passé sans incident et j'ai à nouveau réfléchi aux erreurs que j'aurais pu commettre, je me suis demandé si j'avais été abusé par un signal terrestre ou un phénomène naturel. Je me suis posé des questions, encore et encore, dans l'espoir de trouver quelque chose que j'avais raté.

19h00 : J'arrive chez moi et trouve trois gentlemen dans la maison. Mon épouse, Hélène, semble terrorisée. L'un des hommes était du Government Communications Headquarters (GCHQ) à Cheltenham, un autre était de la base de la RAF de Feltwell et le dernier appartenait à la NSA (National Security Agency) des Etats Unis. Ils me demandèrent si nous pouvions parler en privé. J'étais assez réticent mais acceptais et Hélène et les enfants quittèrent la pièce. Après deux heures de discussions, ils m'expliquèrent que ce que j'avais découvert n'était pas d'origine extraterrestre mais encore bien plus intéressant. Il se trouve que ce que j'ai découvert est en fait un satellite classifié des services secrets qui aurait quelque chose à voir avec un certain Project 415. Je suis très prudent maintenant puisque j'ai signé, sous serment, un document qui stipule que je ne peux plus divulguer aucun détail sur ce sujet sous peine d'être poursuivi selon les termes du "Official Secrets Act". En bref, il m'a été raconté sommairement que les signaux que j'avais reçu étaient des erreurs d'interprétation et que je ne pouvais pas aborder cette matière en détail.. Ils m'ont donné une foule d'informations afin de me convaincre, encore des détails dont je ne peux parler mais je suis satisfait de l'explication voulant que les signaux que j'ai captés émanaient en fait d'un satellite secret conçu à des fins de sécurité nationale et internationale. Après que les trois hommes aient été convaincus que je les croyais, ils m'ont fait signé le document légal que j'ai mentionné plus haut et s'en allèrent. [...]

Voilà l'histoire et j'espère que celle-ci n'était pas vraie. Je me suis vu entrant dans l'histoire comme étant le premier être humain à avoir détecté des signes d'une autre intelligence dans l'univers et certes, j'y ai trouvé de l'intelligence (jeu de mot avec "intelligence" qui, en anglais, signifie aussi "services secrets") mais pas celle que j'espérais découvrir. Je suis un peu abattu maintenant, mais cela est certainement dû au temps qu'il fait. Ma famille et moi avons décidé que je ne poursuivrais plus cette ligne de recherche plus longtemps. Devrais-je encore découvrir quelque chose d'étrange dans l'univers, au cours de mon travail, je serai très prudent avant d'en parler."

Ainsi finit le dernier message de Paul Dore. Est-ce une pirouette habile de cet homme pour se soustraire à toutes questions embarassantes? Son nom a quand même fini par être divulgué... Quel est son intérêt? A-t-il vraiment détecté un satellite secret? Dans ce cas, il n'est plus très secret et j'en connais qui ne doivent pas rire, vu la démonstration de force à laquelle Paul Dore a eu droit, selon ses dires.

L'incident est clos... sauf rebondissement.

Thierry, le 3 novembre 98


REBONDISSEMENT

Voilà, l'affaire rebondit (il n'aura pas fallu attendre longtemps, c'est bien) pour sombrer enfin dans le ridicule le plus total. Nous apprenons ce 5 octobre 98, en matinée,que Paul Dore nie être l'astronome amateur en question. Il s'agirait donc d'une usurpation d'identité et d'un coup-monté par on ne sait quel individu (source : Citizen Against Ufo Secrecy de Peter Gersten, update du 5 octobre 98 - http://caus.org/).

Mieux encore, le site consacré à cette affaire affiche, en lieu et place des infos qui s'y trouvaient hier encore, un somptueux logo de la NSA. Ce site essaye donc de nous faire croire qu'il est désormais fermé pour cause de sécurité nationale et internationale (voir SETI Signals at 1450Mhz from EQ Pegasi?). Or, il se trouve que ce logo est celui de la home page de la National Security Agency. N'importe quel enfant aurait pu sauver ce logo et le placer là (http://www.nsa.gov:8080/). Toutefois, le site a été "sauvegardé" par UFOSEEK + un webmaster de "2xtreme". Il est accessible (en anglais) au départ de : http://208.147.33.75/rpierce/eqpeg/ .

Pour celui ou celle que cela amuse, il est toujours possible de demander à Geocities (serveur sur lequel se trouvait le site) de consulter ses logs FTP et de localiser la connexion qui a servi au transfert de fichiers. Car, pour faire joli, la NSA a même changé le fond de page! Avouez qu'ils ont du goût, n'est-ce pas? Lamentable...

Cette même matinée, l'un de nos correspondants aux Etats Unis, Didier, nous envoyait ce message (veuillez excuser l'absence d'accents sur les lettres):

"Quelqu'un a usurpe l'identite de l'ingenieur en question pour annoncer cette nouvelle un peu bancale...: avec une taille d'antenne comme celle qui est cense avoir ete utilisee, il est quasi impossible de determiner la source d'un signal...

D'autre part selon un e-mail envoye par l'auteur de cette annonce il se serait trompe (invoquant un satellite espion). L'ingenieur dont le nom a ete utilise semble hors de cause.

Les chercheurs du reseau SETI ont l'habitude des fausses alertes duent a des satellites, surtout dans la region du ciel en question. (source : Boston Globe, Mercredi 04 Novembre 1998, USA.)

Mon humble avis: avec de plus en plus de monde a l'ecoute, on est pas au bout des fausses alertes...mais dans le lot...qui sait.

Mon seul probleme est que j'ai l'impression que l'on ne cherche pas encore avec des methodes et moyens pertinents: on cherche comme auraient cherche nos ancetres il y a 3000, voulant savoir si d'autres peuples existent en envoyant des individus a l'oreille fine ecouter aux quatre coins du territoire si l'on peut entendre d'autres tambours..."

Je pense que l'on devrait poursuivre la personne qui est à l'origine de toute cette affaire, en guise d'avertissement aux gugusses (pardonnez la trivialité) qui seraient tentés de reproduire "l'expérience"...

Dans ce cas précis, le préjudice est quantifiable. Je pense particulièrement à la SETI League qui a tenté de confirmer ce pseudo-signal en utilisant ses 63 stations... A leur place, j'introduirais une plainte contre "X". Cela me ferait également sourire si Paul Dore, le vrai, poursuivait cette personne pour usurpation d'identité. Je ne parle pas de la NASA qui devrait être mise au courant, si ce n'est déjà fait, par une citoyenne américaine passablement énervée. Utilisation de symboles officiels à des fins de manipulation, faux, usage de faux, abus de confiance, etc. Brrrrr.... Quelque part, je plains l'auteur (les auteurs??) de cette histoire glauque et tragi-comique.

Mais tant qu'on ne retrouvera pas ce "comique", il restera, pour certains, des doutes..., l'ombre d'une conspiration mondiale, voire parfois intergalactique, qui nous rongerait comme un cancer. Des questions vont fuser : "Qui nous dit que ce n'est pas une cabale destinée à préserver l'intégrité de Paul Dore?", "A qui profite le crime?", etc.

A ces personnes, j'aurais envie de dire : "Perte de temps!". En admettant même que cette histoire soit authentique, il est trop tard pour faire quoi que ce soit. Passons à la suite. Le phénomène OVNI est bien réel mais il n'y a certainement pas qu'une seule et unique solution au problème... Tout ce que nous devons faire, c'est chercher et investiguer les cas qui se présentent à nous. Quelle que soit la conclusion, pour peu qu'elle soit étayée par des éléments tangibles et un raisonnements logique, elle doit nous satisfaire.

Thierry, le 5 novembre 98


LIENS RELATIFS

  1. http://www.chez.com/telescope/seti/ (home page de la SETI League en France)
  2. The SETI League, Inc. Press Release No. 98-11 (communiqué original en anglais)
  3. SETI Signals at 1450Mhz from EQ Pegasi? (la page consacrée à cette histoire - nombreuses mises à jour)
  4. BBC News | Sci/Tech | Puzzle over alien 'discovery' (la BBC donne suite à l'affaire dès le 29 octobre 98)
  5. Project Phoenix in Arecibo (article sur la découverte d'un signal par le télescope d'Arecibo - en anglais)
  6. A false alarm for SETI searchers (article sur le site de la MSNBC)
  7. Nouvelles du SETI (article de l'UFOCOM, daté de février 98, concernant le SETI)
  8. SETI Signals at 1450Mhz from EQ Pegasi? (site sauvegardé et diffusé par d'autres internautes depuis la fermeture de l'original)

Retour au menu "NEWS" / Retour au menu "SCIENCES"


Retour au menu