ROSWELL

Analyses isotopiques d'un supposé débris

 

Le 27 juillet de cette année 97, l'UFOCOM a reçu un fax en provenance du responsable belge de l'UEC.

Voici ce fax:


P212 FRANCE2 212 SAMEDI 5 JUILLET 1997 17h20

Roswell: "Preuve" extraterrestre

Un chercheur de l'Université de Californie à San Diego, Russel VernonClark, a affirmé vendredi, à Roswell (Nouveau Mexique), détenir la preuve d'une existence extraterrestre.

Il a présenté une analyse isotopique d'un débris supposé provenir d'un vaisseau spatial "extraterrestre" qui se serait écrasé sur terre, il y a 50 ans, près de Roswell.

L'analyse démontrerait des anomalies inédites sur Terre, au niveau des noyaux atomiques, alors que l'US AIR FORCE a démenti, ce mardi, l'origine non-terrestre de l'incident de Roswell...


Quelques heures plus tard, je dépouillais les mails de l'UFOCOM et j'ai eu la surprise de découvrir un message en provenance d'une mailing-list à laquelle quelques "membres" de l'UFOCOM sont inscrits. Le sujet : Roswell-débris. Ce message était transmis par Patrice (que je salue au passage).

Patrice nous livrait un long communiqué écrit et diffusé par le CNI-NEWS de Michael Lindeman dont je respecte le travail.

Le contenu de ce communiqué était de même nature que le celui du fax reçu, mais en bien plus complet et scientifique! Ici, on avait accès aux résultats de l'analyse effectuée par Russel VernonClark.

La conclusion de ce document est signée par le scientifique lui-même: "Nous avons déterminé que ce matériel montre des variations significatives par rapport aux compositions isotopiques normales trouvé sur terre et pourrait être considéré comme étant d'origine extraterrestre."

Malgré tout le respect que j'ai pour Michael Lindeman, je tenais absolument à avoir confirmation de cette nouvelle par le chercheur lui-même.

Après quelques heures de recherches sur le Net, je parvins enfin à trouver le contact direct de ce monsieur.

Je lui ai donc écrit afin d'en savoir un peu plus...

Sa réponse fut immédiate et ce à ma plus grande surprise. Le ton de son message était amical et "cool", si vous me permettez cette anglicisme.

J'ai reçu l'authorisation de sa part de pouvoir faire traduire sa réponse (merci à Robert Fischer du GUIDE), la convertir en "HTML" (merci à Stéphane, mon ami et adjoint, également responsable UFOCOM pour la France) et diffuser le tout sur notre site Internet

Toutefois, le Dr VernonClark nous demande de ne pas rendre les choses plus faciles pour l'atteindre. Il précise qu'il ne lui reste pratiquement aucun moment de libre lorsqu'il a terminé son travail à l'Université. Il ajoute que ni lui ni son Université n'ont été payés pour effectuer ces analyses et que son superviseur n'aimerait pas que le matériel (liaison Internet, PC, machines, etc...) soit monopolisé pour ce genre de recherches.

Je lui ai donné ma parole que son souhait serait respecté.

Sans plus attendre, je vous livre la réponse du Dr Russel VernonClark:

Bonjour,
Je vous confirme que l'information contenue dans le rapport de CNI-NEWS est exacte.

"Nous avons déterminé que cette matière montre des variations considérables par rapport aux compositions isotopiques normales trouvées sur Terre et doivent être considérées comme étant d'origine extra-terrestre."

-- Dr. Russell VernonClark

Il y a encore des travaux en cours et je mettrai CNINews à jour quand nous aurons plus de résultats.

Voici un résumé des informations que je dois dater:

D'autres tests sont en préparation sur ce matériel. Quand tout aura été fait, nous écrirons un article pour un périodique.
- Russ

Voici le matériel présenté le 4 juillet 1997:

Données ICP/ MS :

NICKEL

Elément

Ni
Ni
Ni
Masse Atomique
59.93
60.93
61.93
Taux Relatifs d'abondance naturelle
84.20
4.02
11.78
Taux relatifs objet RR3
64.70 (*)
11.77 (*)
23.53 (*)

ZINC

Elément

Zn
Zn
Masse Atomique
63.93
65.93
Taux Relatifs d'abondance naturelle
63.74
36.26
Taux relatifs objet RR3
30.56 (**)
69.44 (**)

ARGENT

Elément

Ag
Ag
Masse Atomique
106.91
108.90
Taux Relatifs d'abondance naturelle
51.35
48.65
Taux relatifs objet RR3
33.34
66.66


J'ai fait une erreur dans les proportions relatives calculées. L'erreur était due à ma hâte d'installer la feuille de calcul d'EXCEL et "le collage" des fonctions mathématiques sur les lignes des données qui se sont recouvertes.

(*) Nickel
Les données brutes ont donné des valeurs de "26.645", "4.845" et "9.69" pour Ni 60, 61 et 62 respectivement qui sont réfléchies par les valeurs de 64.70,11.77 et 23.53 affichées maintenant. Les données erronées que j'ai données étaient 40.26, 29.08 et 30.67.

(**) Zinc
Les données brutes ont donné des valeurs de "53.295" et "121.125" pour Zn 64 et 66 respectivement qui réfléchit par les valeurs de 30.56 et 69.44 affiché maintenant. Les données éronnées que j'ai présenté étaient 54.61 et 45.38.

Argent
Les données brutes ont donné des valeurs de "19.38" et "38.755" pour Ag 107 et 109 respectivement. Il n'y avait pas d'erreur dans ce calcul.

Je vous prie de m'excuser pour cette erreur et je me le rappellerai pour la parution dans le périodique !

Données SIMS :

SILICIUM

Elément
Si
Si
Si
Masse Atomique
28
29
30
Taux Relatifs d'abondance naturelle
92.18
4.71
3.12
Taux relatifs objet RR3
26.55
43.28
30.16

GERMANIUM

Elément

Ge
Ge
Ge
Ge
Ge
Ge
Masse Atomique
70
72
73
74
75
76
Taux Relatifs d'abondance naturelle
20.52
27.43
7.76
36.54
0
7.76
Taux relatifs objet RR3
0
94.46
3.28
2.11
0.11
0.04

Voici les parties pertinentes de la présentation que j'ai donnée:

Durant les 18 derniers mois, j'ai été impliqué en privé ( sans aucun support ou implication de l'UCSD) dans les tests et les analyses de la matière fournie par Derrel Sims.Voici les résultats des tests et analyses que le laboratoire a conduites sur cette matière par des scientifiques partout aux Etats-Unis.

Pour les tests qui ont été terminés, ceux-ci incluant une Spectroscopie de Masse couplée à une Induction de Plasma et une Spectroscopie de Masse Secondaire Ionique, nous avons déterminé que cette matière montre des variations considérables de la composition isotopique normale que nous avons trouvé sur Terre et doit être considérée comme d'origine extra-terrestre. Après, utilisant une Émission Spectroscopique Optique Couplée à une Induction de Plasma - il a été déterminé que cette matière doit être considérée comme fabriquée puisqu'il n'apparaît pas naturellement.

J'ai conduit en personne le premier ensemble de tests de proportion isotopique utilisant une Spectroscopie de Masse couplée à une Induction de Plasma ou ICP/ MS en abrégé. l'ICP/ MS est utile pour déterminer la composition élémentaire et les proportions isotopiques pour une collection extrêmement large d'éléments. Dans le cas de cette matière, l'échantillon a été dissous dans un mélange d'acide nitrique et d'acides hydrofluoriques. Puis la matière a été vaporisée dans un plasma d'argon qui crée des ions atomiques séparés. Les ions sont accélérés dans un spectromètre de masse pour séparation et détection. Vous comptez, en fait, le nombre de nucléi atomiques qui correspond à un isotope spécifique.

Tous les isotopes que j'ai choisis d'analyser étaient seulement présents à l'état de traces. L'analyse qui j'ai conduit a permis de découvrir les anomalies isotopiques suivantes, commençons avec le nickel.

Deux des isotopes de nickel présents étaient de masses 60 et 61. Sur Terre l'abondance naturelle pour ces deux isotopes de nickel est 26.1% et 1.13% respectivement. C'est une proportion d'environ 23 à 1. Sans l'échantillon testé, la proportion a été diminuée à 5 à 1, un facteur 4 de réduction. Celui-ci est considérablement différent des proportions pour le nickel terrestre.

Deux des isotopes de zinc qui a été testé dans cette matière étaient de masses 64 et 66. Sur Terre l'abondance naturelle de zinc pour ces deux isotopes est 48.6% et 27.9% respectivement. C'est une proportion d'environ 7 à 4. Dans le zinc testé, cette proportion a été inversée de 4 à 9. Encore une fois, c'est considérablement différent du zinc terrestre.

Finalement il y avait deux isotopes de l'argent stables présents dans la matière, argent - 107 et 109. Les isotopes de l'argent trouvé sur Terre sont dans une proportion approximative de 1 à 1. La proportion de l'argent dans l'échantillon était 1 à 2. Une fois encore, c'est une différence considérable des isotopes de l'argent terrestres.

En raison de la dimension de l'échantillon qu'on m'a donné pour travailler, et parce que les tests étaient en double aveugle, et que je n'avais pas d'idée sur l'origine de l'échantillon ou sa composition, j'ai suggéré fortement que des tests supplémentaires soient conduits pour corroborer ces conclusions et faire avancer l'enquête sur la composition élémentaire de la matière.

Mes conclusions originelles et recommandations ont amené un deuxième ensemble de tests.

L'analyse par Spectroscopie de Masse Secondaire Ionique,ou SIMS, a été conduite par une collègue par une autre université de recherche majeure de la côte ouest. Avec cette méthode un échantillon est bombardé avec des ions et la surface a été totalement "nettoyée "". Cette matière est accélérée dans un spectromètre de masse pour séparation et détection. Là aussi, vous comptez, en fait, le nombre de nucléi atomiques qui correspond à un isotope spécifique.

Ce test SIMS a corroboré les conclusions initiales de l'ICP / MS et a permis de découvrir peu après des anomalies isotopiques qui n'avaient pas été détectées dans la première analyse. L'échantillon, qui nous savons maintenant être de silicium presque pur, montre une variation frappante d'abondance naturelle.

Par exemple, le silicium 28 est abondant à 92% sur Terre. Dans cet échantillon il est présent dans seulement 26%. Les deux autre isotopes stables, le silicium 29 et 30 sont rehaussés grandement à plus de 10 fois leur abondance terrestre naturelle.

Une variation semblable pour le Germanium se trouvait avec la masse isotopique 72 dominante dans l'échantillon testé à 94% du Germanium total. D'origine naturelle terrestre, le Germanium est seulement abondant à 27% dans cet isotope.

L'émission Spectroscopique Optique Couplée à une Induction de Plasma ou ICP/OES a été conduite sur la matière par un laboratoire privé du Texas. De ces tests, il a été déterminé que la matière était le plus vraisemblablement manufacturé et non produite naturellement. L'ICP/ OES est utile pour déterminer la composition élémentaire pour une collection extrêmement large d'échantillons. L'échantillon est vaporisé dans un plasma à l'argon qui crée des ions atomiques séparés. Ces atomes sont excités par l'énergie du plasma et émettent une radiation électromagnétique, ou lumière, avec longueur d'onde ( couleurs ) spécifique pour chaque élément. Cet instrument ne peut pas différencier les isotopes.

La composition de cette matière se trouvait être supérieure à 99% de silicone.

Par conséquent on doit considérer que cette matière à la fois fabriqué et d'origine extra-terrestre.

Bien que les résultats des tests soient stupéfiants, le processus du test est progressif. Des portions de la matière ont déjà été données à d'autre membres de la les communauté scientifique et l'analyse objective continue. Actuellement, les données brutes et les conclusions de ces tests sont compilées et seront soumises à un pair qui examinera la publication quand le reste des tests sera fini.

En aparté :

J'aimerais mentionner quelques points sur l'analyse de la matière.

1st. Le seul échantillon que j'ai jamais réellement possédé était trois très petits grains de matière. Je fus autorisé à en prendre un et il avait un poids de 0.1 mg. L'analyse qui j'ai réellement exécuté était sur ce morceau. Comme je n'avais pas d'idée de ce qu'il était composé ( et j'ai dû analyser trois autres échantillons pour savoir de quoi je parlais ) j'ai seulement deviné qu'il fallait enquêter sur les isotopes. J'ai trouvé des proportions bizarres dans Zn, Ag, et Ni. J'ai suggéré au fournisseur de la matière que mes résultats avaient besoin d'analyses supplémentaires. Trois autres laboratoires ont travaillé sur la matière.

Je n'ai pas vu de copies propres "des données brutes" de toutes de ces sources qui aient présenté leur matière de bonne foi. Je n'ai pas encore de raison de douter de la vérité de leurs conclusions.

Il y a deux questions qui ont surgi, celles-ci incluant :

1) Est-il POSSIBLE d'imiter la matière (fabriquée) sur Terre?

Pour dire franchement, il est POSSIBLE, mais cela coûterait cher, de créer une matière avec des abondances isotopiques non-naturelles. Il paraît très plausible que si quelqu'un essayait et falsifiait les proportions de silicium, les autres éléments, qui ont été trouvés seulement en concentrations très mineures, auraient des abondances terrestres. Si quiconque vous dit que les proportions isotopiques "ne peuvent pas être changées", ne le croyez pas. - Il y a un petit groupe d'individus qui se bat avec (moi) en comprenant la difficulté de fabriquer humainement l'objet maintenant.-

2) Qui sont les autres gens, avec lesquels je travaille, qui tiennent compte des formulations que j'ai faites? Qui d'autre pourrait s'y intéresser au point de s'y impliquer?

J'ai fait un accord pour soumettre aux autres chercheurs au même harassement/ ennui que je subis jusqu'à ce qu'ils aient été satisfaits et prêts à soumettre le travail pour publication. J'ai présenté les données parce que j'étais d'accord pour cela quand on m'a donné la matière à analyser. J'aurais préféré attendre et j'espère que j'ai appris une bonne leçon. De toute manière, il y a au moins trois chercheurs (et des dizaines de personnes ) avec qui je ne n'aurais jamais correspondu si je m'étais tue jusqu'à ce que le papier soit publié.

Donc, si vous avez quelques compétences scientifiques à offrir... Si c'est le cas, si vous le pouvez, et voulez collaborer pour l'analyse, veuillez me contacter.

Je ne suis pas la meilleure personne à contacter si vous avez une opinion, ou une expérience que vous vouliez seulement raconter à quelqu'un. Sur ce point, je suis intéressé tout comme vous de découvrir la vérité totale sur le matériel - même si on me prouve que j'ai tort.

Russell Vernon Clark, Ph.D., Université de Californie, San Diego (UCSD), Chemistry Dpt.

Voilà exactement le message que me fit parvenir le sympathique Dr Russel VernonClark, Que faut-il en tirer?

Selon ses conclusions, il est possible que le matériel (débris) analysé ait été "usiné" chez nous, sur notre bonne vieille planète. Mais à quel prix? D'après Russel, le coût d'une telle opération serait énorme!

Dès lors, dans ce cas de figure (fabrication terrienne), certaines questions doivent être posées:

1. Qui a les moyens techniques d'usiner pareil matériel?
2. Qui a les moyens financiers de faire fabriquer ce matériel?
3. A qui sert ce matériel?
4. A quoi sert ce matériel?
5. Quand a été fabriqué ce matériel
6. Depuis quand pouvons nous fabriquer ce matériel?

"A qui profite le crime?", comme me l'écrivait encore Alain Stauffer du GREPI (groupement suisse) et ce, à un autre sujet...

Au fur et à mesure des recherches effectuées, il y a effectivement une trame qui se tisse lentement... L'Oncle Sam voudrait nous faire "croire" aux Extraterrestres, pilotes d'engins spatiaux, qu'il ne s'y prendrait pas autrement. Mais il faut lire entre les lignes...

Veut-il nous y faire croire parce que cela existe ou parce que cela l'arrange? Roman de Science-Fiction ou roman d'Espionnage? Vrai ou faux? Du diable si tout le monde s'en fout!

Il est vrai qu'on ne tire pas sur des OVNI! Surtout si ceux-ci ne sont pas agressifs et si leurs pilotes sont supposés venir d'une autre planète...

D'un autre côté, de vrais résultats scientifiques montrent que, humainement, il serait difficile, voir impossible dans certains cas, de reproduire certains phénomènes.

Il serait également intéressant de comparer et commenter les analyses du Dr VernonClarck et le résultat des analyses du GEPAN dans le cas de Trans-en-Provence. Le matériel américain pourrait-il résister au flux d'énergie auquel ont été soumis les végétaux, en labo, afin de tenter de reproduire l'effet constaté sur les échantillons prélevés dans le jardin de Mr Colini. Il faut le lire pour le savoir! De plus, personne ne conteste les résultats du GEOAN à ce sujet! Même pas les ufologues! C'est tout dire.

Nous devons reconstituer un puzzle dont les pièces ont été cachées au préalable. De plus, parmi ces pièces, il y en a qui font partie d'un autre puzzle et qui n'ont rien à faire avec le nôtre!

Plus que jamais, les scientifiques doivent s'occuper de ce problème. Avant que d'autres, aux motivations incertaines, ne s'emparent du sujet.

Je ne suis pas convaincu que les terrestres soient seuls dans l'univers. Mais rien ne prouve l'inverse...

Thierry, coordinateur général de l'UFOCOM.


Précisions de Derrel Simms

Préambule

Le 11 août 1997, après son retour de vacances, Kathi, notre correspondante aux Etats Unis trouve deux messages dans sa "boîte". Ceux-ci émanent de son ami Derrel Simms, l'homme qui est à la base de l'affaire du "débris" analysé par le Dr Russel VernonClark.

A ma demande, Kathi lui avait demandé de plus amples informations concernant l'historique de cette affaire. Ce que Derrel fit avec une grande gentillesse. Les seules chose que Mr Simms demande sont que la traduction française soit aussi "correcte" que possible et que l'on oublie pas de mentionner la source de ce qui suit.

La traduction a été réalisée par Robert Fischer et celui-ci, n'étant pas chimiste, espère que les termes employés auront été judicieusement traduits.

Avant de vous livrer l'historique de cette affaire du "débris" de Roswell, je dois préciser que, actuellement (12 septembre 97), nous sommes en pourparler avec le Dr Russel VernonClark afin d'obtenir un échantillon de ce matériel et d'effectuer des contre-analyses qui nous paraissent indispensables. Nous avons, à ce jour, et grâce à l'intervention de Charles Spielmann (équipe "Sciences" de l'UFOCOM), la possibilité de travailler avec une équipe de chimistes d'une grande université européenne. Ceux-ci, à la demande de Charles, ont acceptés d'effectuer ces contre-analyses.

Nous espérons que la proposition du Dr Russel VernonClark, celle de nous fournir un échantillon, est toujours d'actualité. Si cela était, nous devrions bientôt recevoir une petite partie du fameux débris.

Espérons que tout marche comme prévu. Bien entendu, dès que les premiers résultats arrivent, nous vous en ferons part.

Thierry, le 12 septembre 1997.


Derrel Sims, CM.Ht, R.H.A.

FIRST- Fund for Interactive Research and Space Technology

(Fond pour la Recherche Interactive et la Technologie de l'Espace)

P.O. Box 60944,

Houston, TX 77205

Sujet: UNE PREUVE SCIENTIFIQUE DOIT ETRE PRESENTEE PROUVANT QU'UN ENGIN EXTRA-TERRESTRE A ETE RETROUVE PRES DE ROSWELL, N.M.
Date : mardi 1er juillet 1997 11 : 01
ABRAMS-RUBALOFF & LAWRENCE MÉDIA ALERT
Contact : Jonathan Latt ( 213 ) 935-1700

ROSWELL, NM ( le 30 juin 1997 )- Une conférence de presse prévue pour le 4 juillet 1997 à 09h00, au Rearson Auditorium sur le New Mexico Military Institute Campus à Roswell, New Mexico, présentera les résultats de TESTS SCIENTIFIQUES EFFECTUÉS SUR LES DEBRIS DU CRASH TROUVES PRES DE ROSWELL, NEW MEXICO IL Y A CINQUANTE ANS QUI UNE FOIS POUR TOUTE PROUVE QUE LE VEHICULE TOMBÉ N'ETAIT PAS D'ORIGINE TERRESTRE.

Un chercheur scientifique d'une grande université impliqué dans les tests sera prêt à discuter la méthodologie et les résultats des tests de proportion isotopiques des débris de Roswell.

Les conclusions induites et une batterie de tests qui ont été conduites par des universités et laboratoires nationaux ont amené à conclure que les débris de Roswell sont de la MATIERE MANUFACTURÉE D'ORIGINE EXTRA-TERRESTRE. Paul Davids, Producteur Exécutif de l'émission télé, "Roswell," est le garant de la présentation de ces preuves pendant son programme du 50ème Anniversaire. En même temps que des images du débris du crash de Roswell, la chaîne de preuves sera présentée, validant l'incident de Roswell comme la récupération d'un véhicule extra-terrestre qui s'est écrasé.

RESUME DE L'EVENEMENT

PAUL DAVIDS PRESENTE DERREL SIMS.

Comme investigateur principal pour les preuves physiques de présumé contact humain/alien, j'enquête sur des objets prétendus manufacturés trouvés lors d'événements liés aux OVNIs. Récemment j'ai participé à un événement étonnant qui a impliqué l'extraction chirurgicale de 3 présumés implants aliens dans les corps de 2 abductés présumés.

Pour donner une idée, nous avons exécuté 7 actes de chirurgies comme celui-ci. De grands laboratoires de haute-technologie ont révélé des résultats ahurissants. Certaines découvertes impliquent que les implants présumés doivent être d'origine météoritique. Le chirurgien qui dirige notre équipe médicale est présent avec nous aujourd'hui. Cela ne veut pas dire que c'est la seule preuve que nous ayons, mais que c'est la meilleure. L'item que je rapporte maintenant, est supposé par certains être indicatif de quelques unes des qualités qui sont nécessairement présentes dans "un objet fabriqué alien." Voici l'histoire:

Le 18 Août 1995, tandis que je me préparais pour deux interventions chirurgicales le jour suivant, impliquant un présumé contact humain/alien, j'ai reçu un objet d'apparence métallique d'une source que j'ai trouvé être fiable. L'objet provenait soi-disant du crash de Roswell en 1947. Avant d'accepter l'objet j'ai contacté un métallurgiste qui m'a bien informé de sa vision des particularités étranges de ce qui est appelé l'artefact de Roswell. Fort de cette déclaration et de l'intérêt du métallurgiste, j'ai consenti à prendre possession de l'objet. Cette décision m'a mené sur beaucoup de pistes et de tests pour découvrir la singularité de cet objet manifestement usiné. L'objet montré ici a approximativement 11/2 pouces de diamètre { 3,81 cm } avec 5/8 pouces d'épaisseur { 1,54 cm }. La surface frontale montre une courbure sur deux niveaux sur la face avant. La portion frontale montre une coloration due à la chaleur d'indigo à vert. Les côtés postérieurs montrent une surface plate gris sombre. Le morceau a été coupé pour s'assurer que les morceaux restants sont dans des sites différents.

DERREL PRESENTE LE DR. JESSE MARCEL JR.

Le Dr. Jesse Marcell Jr. aimerait donner ses commentaires à propos de ces objets qu'il a examiné et l'impact qu'ils ont sur lui. Le Dr. Marcell, comme vous devez le savoir, est le fils du célèbre Major Jesse Marcell, à qui on a dit de dissimuler le crash de l'OVNI de Roswell et de dire aux journaux que ce qui s'était écrasé était en réalité un ballon météo. Cette nuit fatidique le Major a apporté quelques uns des débris de l'accident à la maison et a permis à sa famille de voir et de manipuler les matériels. Maintenant les commentaires du Dr. Jesse Marcell Jr : Jesse Marcel décrit la matière comme ressemblant à de la "Bakélite" et déclare que c'est la chose qu'il a vu et senti qui ressemble le plus, que c'était comme la matière qu'il a tenue quand il avait 11 ans.

DERREL SIMS FINIT SA DÉCLARATION

Les Laboratoires ont conduit une série de tests pour déterminer la singularité de l'objet. Le test de proportions isotopiques, ( qui montrera si l'objet est terrestre ou pas ), en analyse quantitative et qualitative, a été exécuté par les Laboratoires de deux grandes universités et un laboratoire privé.

DERREL PRÉSENTE LE DR. RUSSELL VERNONCLARKE

Le Professeur Russ VernonClarke est ici pour expliquer quelques uns des tests multiples qui ont été exécutées sur ce morceau présumé du crash de Roswell. Comme je l'ai affirmé précédemment, il y a des analyses en laboratoire encore en cours sur celui-ci et d'autres matières.. Maintenant le Professeur Russ VernonClarke :

Bonjour. Mon nom est Dr. Russell VernonClark, ça s'écrit RUSSELL VERNONCLARK. Je suis un scientifique actuellement employé par l'Université de Californie, San Diego et j'ai un Ph.D. de chimie.

Depuis un an et demi, j'ai été impliqué en privé dans les tests et analyses de la matière que Derrel Sims vous a décrite. Je suis ici aujourd'hui pour présenter les résultats des tests et analyses que les laboratoires ont conduits sur cette matière par des scientifiques dans tous les États-Unis. Des tests qui ont été terminés, ceux-ci incluant une Spectroscopie de Masse couplée à une Induction de Plasma et une Spectroscopie de Masse Secondaire Ionique, nous avons déterminé que cette matière montre des variations considérables par rapport à la composition isotopique normale trouvée sur Terre et doit être considéré comme d'origine extra-terrestre. Plus tard, en utilisant l'Émission Spectroscopique Optique Couplée à une Induction de Plasma, il a été déterminé que cette matière doit être considérée comme manufacturée du fait qu'elle ne se produit pas naturellement.

Les trois analyses faites ( dont je suis informé ) sur les morceaux RR3 sont: (on m'a dit ensuite qu'ils provenaient du crash de Roswell) une Spectroscopie de Masse couplée à une Induction de Plasma ( Mon analyse ).

ICP/ MS.

Utile pour déterminer la composition élémentaire et les proportions isotopiques pour une collection extrêmement vaste d'éléments. Dans le cas de l'échantillon ici, l'échantillon a été dissous dans un mélange d'acides nitriques et hydrofluoriques. Puis le liquide fut sublimé et a vaporisé dans un plasma d'argon qui crée des ions atomiques séparés. Les ions sont accélérés dans un spectromètre de masse pour séparation et découverte. En fait, vous comptez le nombre de nucléis atomiques qui cela correspond à un isotope spécifique.

(On doit dire à l'instrument quels isotopes chercher et cela affecte la sensibilité. Plus est grand le nombre d'isotopes, plus longtemps chaque 'balayage' à travers la rangée dure ce qui a pour résultat moins 'balayages' dans une période de temps donnée. Donc basse est la sensibilité pour chaque isotope donné. Si on a un échantillon d'assez grande dimension, plusieurs séries de tests instrumentaux différents peuvent être accomplis pour fournir une analyse plus précise.)

************

Spectroscopie de Masse Secondaire Ionique (SIMS)

Avec cette méthode, un échantillon est bombardé avec des ions (par exemple Ar+) et la surface est désintégrée. Cette matière est accélérée dans un spectromètre de masse pour séparation et découverte. Là encore, en fait, vous comptez le nombre de nucléis atomiques qui correspond à un isotope spécifique. (Cette méthode est utile seulement pour les éléments majeurs présents dans l'échantillon.)

Emission Spectroscopique Optique Couplée à une Induction de Plasma (Le Texas y travaille ) (ICP/ OES)

Ceci est utile pour déterminer la composition élémentaire seulement pour une collection extrêmement grande d'éléments. Je ne connais pas cependant la méthode utilisé pour du ait que je n'ai pas vu les données. Dans tous les cas, l'échantillon doit être vaporisé dans un plasma d'argon qui crée des ions atomiques séparés. Ces atomes sont excités par l'énergie du plasma et émettent de l'énergie électromagnétique (lumière) avec une longueur d'onde (couleur) spécifique pour cet élément. (Cette méthode ne peut pas faire la différence entre des isotopes différents.)

Ceci est un résumé de la présentation et des conclusions. La présentation totale des données, calculs, graphiques, etc... est construite de la manière où nous le présentons sur le site web de FIRST ( http://www.anw.com/first. ) Aucun autre site ou aucune autre personne n'est autorisé à avoir l'intégralité de ces informations, excepté Michael Lindeman de CNI. Nous demandons que le site ne soit pas dépouillé... Nous acceptons volontiers tous les liens vers notre site.

C'est le but de FIRST de fournir l'accès aux preuves de prétendus contacts OVNI/humain/alien. La Roswell New Conférence a été mal préparée et les conférences de presse n'ont pas été publiées correctement dans différentes publications. Ceci a provoqué la confusion. Nous avons plus tard répondu à quelques questions UFO Museum Panel. J'ai été interviewé par ABC et une filiale de FOX et plusieurs publications depuis.

Les Scientifiques impliqué dans les tests continuels de cet objet ( et des autres objets ) ont consenti à ne pas divulguer les informations jusqu'à ce que les derniers tests soient effectués et les résultats soient bouclés et concluants. Ce n'est pas notre position de faire des déclarations sur la validité de tous les objets qui nous avons testé. Ces objets ont été reçus et testés en toute bonne foi. C'est à vous, le public, de décider si tous des éléments avec lesquels nous avons travaillé ont une quelconque importance. Nous espérons que nos efforts seront appréciés par tous. Il n'y a aucun parti pris à l'égard de quelque abducté présumé que ce soit ou à l'encontre de quelque personne qui nous donne des éléments à tester. Il n'y a et il n'y aura aucune obligation financière pour quiconque entre dans nos programmes. Ces programmes peuvent impliquer des tests Psychologiques par des Thérapeutes, des tests médicaux, des actes de chirurgie, des régressions hypnotiques, ou d'autres modalités peuvent être utilisées. Notre travail est basé sur la confiance et les efforts généreux de philanthropes, scientifiques, et d'autres qui aimerait seulement savoir ce qui se cache derrière ce phénomène.

Les implications de ces événements exigent que nous tous évaluions ces situations avec soin. Il n'y a pas un aspect qui puisse être laissé isolé dans l'évaluation de ces événements de haute étrangeté. Peut-être une ouverture du processus Politique pour permettre que ceux qui disent avoir la connaissance, d'avoir l'immunité de serments de secret ? Peut-être un renouvellement d'intérêts spirituels centré sur ces événements ? Ce qui nous pourrions voir est quelque chose de très vieux, seulement vu à travers de jeunes yeux technologiques et avec un sens de la remise en cause. Cela va nous obliger à découvrir ce qui va se passer. Donc nous nous sentirons les bienvenus pour aider dans les domaines professionnels, apporter des nouvelles preuves, ou seulement commenter un texte sur ce qui nous pouvons améliorer. Nous sommes ouverts à vos avis et surtout vos compétences. Toutes les nouvelles propositions seront sur le site de manière régulière. Celles-ci ont été ajoutées:

Un site pour les preuves physiques concernant des objets testés et en cours de tests. Un site pour les Implants Aliens Présumés. Un exposé des documents brésiliens définissant le rôle dans le nouveau contrat " spatial "( depuis l'incident de Varginha ), signé par le Directeur de la NASA et Warren Christopher. Les documents secrets à propos des méthodes de manipulation des OVNIs. Comment le programme Secrecy fonctionne au Brésil. Il y a plus à venir...

Nous sommes au courant des debunkers, des désillusionnés, et des chiffes-molles qui ne seront jamais satisfaits de la moindre preuve, ou des procédures, ou des Scientifiques, ou de n'importe quoi que quelqu'un puisse faire. Donc, pour eux, nous avons quelques mots de Theodore Roosevelt, en 1910 :

"CE N'EST PAS LA CRITIQUE QUI COMPTE ; PAS L'HOMME QUI INDIQUE COMMENT L'HOMME FORT TREBUCHE, OU LE FAISEUR D'ACTIONS PEUT AVOIR FAIT MIEUX. LE CREDIT APPARTIENT A L'HOMME QUI EST REELLEMENT DANS L'ARENE, DONT LE VISAGE EST COUVERT PAR LA POUSSIERE ET LA SUEUR ET LE SANG ; QUI S'EFFORCE VAILLAMMENT ;... QUI SE DEPENSE POUR UNE CAUSE DIGNE ; QUI AU MIEUX CONNAIT A LA FIN LE TRIOMPHE DE SES GRANDS EXPLOITS, ET QUI AU PIRE, S'Il ÉCHOUE, ECHOUE AU MOINS EN ESSAYANT AUDACIEUSEMENT, DONC DONT LA PALCE NE SERA JAMAIS AVEC CES AMES FROIDES ET TIMIDES QUI NE CONNAISSENT NI VICTOIRE NI DEFAITE."

Derrel Simms


Remerciements:

Kathi, pour toute l'aide qu'elle nous apporte.
Russel VernonClark, pour sa gentillesse.
Derrel Simms, pour sa permission de diffusion.
Robert Fischer, pour sa rapidité de traduction.
Charles Spielmann, pour rendre une contre-expertise possible
Jeff, pour la coordination des travaux scientifiques
Stéphane, pour son préformatage "HTML" et ses conversions de formats.
Patrice, de la mailing-list "OVNI" de Dauphin.


Retour au menu "Sciences"


Retour au menu