COMETA: on nous écrit (5)

Une réaction de Messieurs A. Boudier et J.G. Greslé...

 


 

Voici quelques mois, nous recevions un message d'un de nos lecteurs qui nous apportait son point de vue sur la préparation du rapport de la DCN, relatif à la question ovni. Ce lecteur, apparemment bien informé, remettait ainsi en cause la part des contributions de Messieurs A. Boudier et J.G. Greslé lors de la préparation de ce dossier.

Dans un courrier adressé à UFOCOM, ceux-ci ont tenu à réagir et à apporter leur version des faits. L'UFOCOM souhaite s'en tenir à sa tradition d'information et publie bien volontiers, et conformément à la demande des intéressés, ces réactions. Pour éviter tout risque de diffamation, nous avons cependant dû nous résoudre à supprimer un passage de la réponse de Monsieur J.G. Greslé. Ce dernier comprendra, nous en sommes surs, notre démarche, motivée par un intérêt commun.

Yves
Ufocom sciences
Octobre 2001
 


Monsieur,

La lecture de la réaction d'un de vos internautes serait hautement risible "grâce à ma personne et croyez moi..." si elle ne cachait de fait l'importance du défi que l'humanité aura à affronter d'ici peu.

Cet interlocuteur - qui me fait penser à la grenouille de la fable voulant devenir boeuf - devrait plutôt s'inspirer de votre compatriote [note de ufocom: le courrier a été adressé à notre Belge fondateur Thierry Wathelet] le Professeur Meessen louant les travaux du Commandant Greslé dans le dernier numero d' "Inforespace" élevant le débat à un autre niveau.

Alors qu'il faudrait faire cause commmune face aux défits de toutes natures lancés par le "paramètre extérieur" et éviter de se livrer à de stériles attaques "ad hominen", nous retrouvons dans ce cas précis la caractéristique d'une f(r)ange de certains groupements ufologiques où les propblèmes de personnes et d'égos - malheureusement trop souvent - prennent le pas sur les questions de fond.

Tenu également par le devoir de réserve, je reste confinat dans le fait que vos nombreux et compétents lecteurs auront estimés cette critique à sa juste valeur, c'est à dire totalement dérisoire et insignifiante.

Bien à vous,


A. Boudier

PS: "you have the fact, and you cannot tell the people". Magaret Thatcher, ancien premier ministre britannique.


Monsieur,

Il m'est difficle de nier une visite à la DRM à Creil dans la mesure où le site web de ce service la mentionne depuis quelque temps. Ce sera bien entendu la limite de mes déclarations à ce sujet.

Je considère en effet que la totalité des détails de cette visite, l'identité des officiers que j'aurais pu rencontrer, les activités auxquelles j'aurais pu participer et tout particulièrement les informations que j'aurais pu apporter, sur quelque sujet que ce soit, doivent demeurer strictement confidentielles.

Il est, de ce fait, facile de me prêter des déclarations puis de les critiquer. N'importe qui peut se livrer à ce jeu.

[...] la réaction d'un de vos lecteurs, rédigée dans un français approximatif [...] ressemble fort à un canular. Qui peut bien être le fin lettré qui écrit:

"ces invités sont parvenus à faire leur exposé en partie grâce à ma personne (sic) et croyez moi que (sic) je le regrette..." ou "des idées à des personnes qui n'en sont pas à l'origine"?

Si le style est discutable, l'intention de nuire est flagrante. Je doute que le rédacteur des lignes que vous avez publiées soit en mesure d'apporter la preuve de quoi que ce soit. Il est tout aussi imporbable, eu égard à son incohérence manifeste, qu'il ait pu exercer, comme il semble le prétendre, la moindre responsabiité au sein de la DRM.

Il n'en reste pas moins que cette personne nous accuse, sur votre site web, d'être au minimum des imbéciels crédules et des affabulateurs...

A collectionner des ragots au lieu d'étudier l'information là où elle se trouve*, on ne reussit qu'une chose:

éviter de considérer objectivement les éléments d'une situation que nul ne maitrise.

Mais au fait, ne serait-ce pas là le souhait secret d'un grand nombre d'ufologues?

Bien à vous,


J.G. Greslé

*des informations précises sont disponibles dans un monceau de documents déclassifiés, plus de 80 000 pages, dans des témoignages d'observateurs professionnels, dans des rapports officiels comme ceux du SEPRA et dans le documents intitulé "les ovnis et la défense".


Retour au menu "Articles"


Retour au menu