COMETA : on nous écrit (4)

 


Le rapport du COMETA, publié sous forme d’un numéro hors série de VSD (voir http://www.finart.be/UfocomHq/cometa02.htm) continue à susciter des réactions.

Dans un article précédent (http://www.finart.be/UfocomHq/cometa_corr01.htm), nous rapportions les propos qu’un de nos lecteurs, apparemment bien renseigné, nous avait transmis . Notre lecteur relatait l’existence d’un rapport sur le sujet, concocté par la Direction du Renseignement Militaire (DRM) de Creil, intitulé : «Implications du Phénomène OVNI en matière de Défense». Les propos rapportés étaient les suivants :

« En 1995 la Direction du Renseignement Militaire (DRM – Creil) recevait deux personnes issues de la recherche privée dans le domaine des OVNIs (Messieurs Boudier et Greslé). Un rapport examinant les implications du phénomène OVNI en matière de Défense fut ainsi rédigé par la DRM suite à ces auditions.

Après un historique succinct de la phénoménologie OVNI depuis la fin de la seconde guerre mondiale, ces deux spécialistes abordaient l’effort de recherche UFOlogique aux E.U., en particulier : le rôle, l’origine, l’intérêt et les conclusions des différentes agences gouvernementales Américaines (CIA, NSA, DIA, USAF, Navy, AMC – premiers à s’intéresser officiellement au sujet) et des différentes commissions d’enquête constituées (SIGN, GRUDGE, Twinkle, Robertson, Blue Book, Condon). Mues initialement par la crainte que les étranges phénomènes observés durant la guerre (" foo fighters ", fusées " fantômes " des pays nordiques, etc…) soient le fruit de percées technologiques Russes dans le domaine aéronautique, ces agences sont rapidement arrivées à la conclusion qu’il n’en était rien et n’ont cessé de minimiser par la suite leur implication dans le domaine UFOlogique ainsi que tout élément étayant l’hypothèse E.T des OVNI.

M Boudier rappelait ensuite le cas Français du GEPAN puis le SEPRA. Après un point sur les moyens dont bénéficiait le GEPAN et sur l’échec des démarches prospectives auprès de diverses ambassades pour le déploiement du projet SPOC (de MATRA, stations de détection automatisées dans le domaine optique pour l’étude de phénomènes à faible probabilité d’occurrence…comme les OVNI par exemple), il relevait que l’avis du conseil scientifique du GEPAN en 1978: " certains des témoignages étudiés se rapportent à des objets apparentant à des machines volantes dont la provenance, le mode de sustentation et de propulsion sont étrangers " fut relativisé par des études de psychologie de la perception et des processus d’influence. Il s’interrogeait sur la " régression paradoxale " GEPAN=>SEPRA de 1988 puisque le travail de ce dernier se limite à la rédaction de notes de synthèse à partir des données glanées par le GEPAN. »

A la suite de la publication de cette réaction, nous avons reçu, d’un de nos lecteurs, la mise au point suivante :

« Sur ces points les informations transmises par votre correspondant prêtent à confusion : en réalité le contenu du document cité n'a, et c'estfort heureux, rien à voir avec les propos et interventions de Messieurs BOUDIER et GRESLE. Ces invités sont parvenus à faire leur exposé en partie grâce à ma personne, et croyez-moi que je le regrette. Tout y est passé : des mutilations au complot mondial (sans oublier les ovnis...) et sans grand discernement. Vous attribuez donc des idées à des personnes qui n'en sont pas à l'origine.

Notre lecteur précise également que:

« ... le titre exact du document du moins dans sa première édition est"Implications militaires du phénomène des OVNIS" et non "Implications du Phénomène OVNI en matière de Défense" ».

Voilà qui est dit.

 

Yves – Ufocom

Janvier 2001

 


Retour au menu "Articles"


Retour au menu