Observation d'OVNI, la nuit du 10 août 1998, dans la région de Sedan

Analyse de la séquence vidéo prise à cette occasion

par l'équipe ADV (Analyse des Documents Visuels) de l'UFOCOM.

(Alain H., Alain D.H., Hervé, Jean, Jean-Noël et Rudy)

 

Introduction

Au mois d'août 1998, une série d'observations d'OVNIs a été faite dans la région ardennaise.

Extrait de la dépêche AFP du 13/08/98

CHARLEVILLE-MEZIERES (AFP) - Un objet volant non identifié (OVNI) de forme triangulaire se déplaçant à basse altitude au dessus de la région de Sedan et de Carignan (Ardennes) a été observé par au moins 150 personnes en début de semaine.

(Pour plus d'informations, visitez nos pages consacrées à l' Affaire de Sedan).

Au cours d'une de ces observations, un vidéaste amateur a réussi à filmer le phénomène. Il était tout naturel que l'équipe d'Analyse des Documents Visuels de l'UFOCOM se penche sur ce document. Voici le résultat de cette étude.

Fiche technique du document vidéo

Origines du document

La cassette vidéo nous a été confiée par le CEOF Ardennes, en la personne de M. Jean-Luc Lemaire (responsable local et chargé d'enquête).

Support de la vidéo

Il s'agit d'une cassette VHS PAL ; 1ère génération de copie.

Durée de la séquence vidéo

Le document se compose de deux séquences : l'une d'une durée de 17 s et l'autre de 1 min 03 s.

Méthode de numérisation

L'étude préliminaire a été conduite à partir d'un fichier AVI, directement numérisée de la cassette en notre possession. Nous avons utilisé pour l'acquisition une carte de numérisation Miro DC20.

Dans un second temps, nous avons extrait des images fixes du document, d'une résolution de 320x200 points en 16 M de couleurs, à l'aide d'une carte d'acquisition Miro DC1.

Une version AVI lisible par tous est disponible à : http://users.skynet.be/ufocom/sedan.mpg . Attention le fichier fait presque 9 Mo!!!

Examen préliminaire de la vidéo

Les 17 premières secondes sont très mal focalisées. Le zoom est sans doute au maximum. L'image montre 2 points lumineux très flous et un troisième feu intermittent apparaissant chaque seconde. Au départ, l'objet semble assez loin et presque de face. L'objet semble contourner l'observateur par la gauche. En fin de séquence on à l'impression de voir le dessous de l'appareil (indistinctement).

L'objet disparaît manifestement de la vue des témoins.

La séquence reprend à 11h37, soit après presque 11 minutes d'interruption.

L'image est maintenant nette mais il n'y a pas de zoom. L'objet occupe donc une assez petite zone de l'image (1/10ième). On distingue un gros feu avant et manifestement deux feux aux deux extrémités gauche et droite. Un petit point semble clignoter vers l'arrière et AU-DESSUS du triangle, comme s'il était au sommet d'un empennage.

Cette séquence dure 6 secondes.

Ensuite vient un zoom avant qui redonne de nouveau du flou à l'image. On a l'impression que l'objet présente un demi-profil, toujours en contre-plongé. La lumière clignotante est maintenant presque dans l'alignement du feu extrême gauche.

Cette séquence dure de nouveau 17 secondes.

Enfin, il y a sans doute une autre interruption du film (moins d'une seconde) car l'orientation et le zoom ont changé. L'objet semble maintenant présenter un profil complet (alors qu'on pourrait croire qu'il est vu de devant), toujours en contre plongé. Il est manifestement impossible de distinguer quoi que ce soit de la lumière devant être située à l'extrême droite. Le feu clignotant semble maintenant situé à mi-chemin du gros feu avant et de la lumière d'extrême gauche.

A ce moment, on entend le témoin qui filme affirme que l'objet semble vraiment "PLAT".

Pendant toute la séquence, le bruit de l'objet est audible, continu et s'assimilant assez bien au mot anglais "humming", souvent rencontré. Il peut aussi se comparer au bruit d'un réacteur d'avion en phase d'atterrissage, alors qu'il est encore en descente et que les moteurs ne sont plus en charge.

 

Analyse

Malgré la nuit et le bruit vidéo de la caméra, il semble que l'on voit un peu la silhouette de l'engin sur l'enregistrement VHS. Le traitement, avec un algorithme utilisé en astronomie, d'une image de la vidéo confirme cette impression.

Malheureusement, la résolution de l'image initiale ne permet pas de se faire une idée précise de la forme générale de l'engin.

L'étude des différents " feux " visibles sur l'engin donne plus d'indications. Un compositages de plusieurs images permet d'avoir une vue d'ensembles des lumières intermittentes.

N.B. : le déplacement de l'engin s'effectue de droite à gauche à l'image.

On distingue bien les deux lumières fixes avant et arrière ainsi que trois feux clignotants à l'avant, à l'arrière et au milieu de l'engin. La superposition des images ci-dessus (en négatif) conforte l'impression générale.

Feux clignotants

A ce stade, deux interprétations semblent possibles :

N.B. : La silhouette dessinée en rouge n'est là que pour illuster le propos. On peut très bien envisager que la " voilure " de l'engin soit de type delta, c'est à dire en triangle.

La deuxième interprétation nous donne un positionnement les feux clignotants assez conforme aux normes internationales aéronautiques : deux feux aux extrémités de la voilure ; un à l'arrière.

Lumières fixes

La lumière avant, la plus intense, a deux composantes : une source vive et saturée à droite et une zone plus diffuse à gauche, résultant peut-être de la réflexion de la source sur la structure de l'engin. On peut y voir un phare d'atterrissage.

La lumière arrière est plus floue et paraît changeante. On ne voit apparemment que la réflexion sur l'empennage (?) d'une source invisible à l'image, comme un système de propulsion à jets directionnels.

Etude photométrique d'un feu clignotant

Le flou dû au bouger du cameraman amateur permet d'entreprendre une analyse photométrique (très sommaire) d'un feu clignotant. On voit bien, lors d'un éclat d'un feu, l'effet stroboscopique produit par une alimentation électrique à courant alternatif. Quand on procède à un arrêt sur image, on voit environ 4 ondulations de la lumière pour une demi-image. A 25 image/s, 1 demi-image dure 20 ms et ainsi l'ondulation a une période de 5 ms, soit 200 Hz.

Evidemment, c'est une mesure très grossière mais on est assez proche de la technologie aéronautique qui utilise volontier des générateurs de tensions alternatif à 400 Hz.

Bruit de l'engin

Contrairement à ce que signale un témoin pendant la dernière prise de vue, l'engin n'est pas particulièrement silencieux. En effet, malgré la distance conséquente de l'observation, on discerne distinctement le bruit qu'il produit sur l'enregistrement vidéo. Et les micros des camescopes ne sont pas particulièrement sensibles...

Bref, l'engin est relativement bruyant. Mais nous ne savons pas dans quelle mesure car nous ne pouvons apprécier la distance à l'objet.

Conclusion

L'analyse du document ne laisse pas place au doute. Tout tend à montrer l'origine aéronautique de l'engin, des phares d'atterrissages aux feux normalisés en passant par la sonorité du turboréacteur.

Arrêtons-nous un instant sur certaines déclarations des témoins. Ils font état, en substance, d'un engin triangulaire, plat et silencieux. Est-ce que ces récits sont compatibles avec le résultat de notre analyse ? Probablement :

Rien n'empêche donc de penser que les témoins ont vu un avion, dans le cas qui nous occupe et seulement celui-là ! La seule incertitude qui demeure est la nature de l'avion. Avons-nous affaire à un engin civil, sans-doute d'un type peu courant, ou militaire plus ou moins secret ? Nous ne disposons pas des éléments pour le dire.

Remarque

Il semble que, durant cette période, des observations différentes à celle étudiée ici ont été rapportées. La présente étude ne prétend pas s'appliquer à ces observations là, qui sortent du cadre de l'ADV.

Alain DH (coord. ADV)
alain.DH@iname.com
UFOCOM - ADV - janvier 1999.

 


Retour au menu "Investigations"


Retour au menu