COMPENDIUM D'ARTICLES TRAITANT DE LA RECHERCHE OFFICIELLE SUR L'ANTI-GRAVITE

Documents recueillis par Jeff, équipe "SCI"

(traductions : Xavier)

November 5th 1997 : Vers des générateurs d'Anti-Gravité ?


L'annonce de la découverte du Dr Eugène Podkletnov par L'IEEE.

Rapport d'un chercheur finlandais sur la découverte d'un effet de changement de gravité.

Un chercheur finlandais a fait rapport d'une modification de la gravité pendant une expérience, depuis lors controversée, qui est considérée comme offrant de nombreuses perspectives de développements dans la recherche de nouveaux modes de propulsion par la NASA du Centre de Vol Spatial Marshall.

Le Dr Eugène Podkletnov, chercheur à l'Université des Technologies de Tampere en Finlande a fait état qu'au cours d'une expérience de supraconductivité, les mesures ont montré une légère perte de poids des objets placés au-dessus d'un appareillage constitué d'un disque supraconducteur en céramique suspendu au dessus d'un champ magnétique généré par 3 bobines contenues dans un cryostat.

Les dernières expériences des chercheurs finlandais ont montré une perte de poids de l'ordre de 2% des objets suspendus au dessus du cryostat.
S'écartant du cadre de la physique conventionnelle ce rapport a dores et déjà généré le scepticisme et la controverse. De plus, la controverse a été alimentée par la décision du Dr Podkletnov de demander à ce que son article soit retiré de la publication du Journal of Physics-D: Applied Physics, édité par l'Institut Britannique de Physique.

Malgré tout, ce rapport est pris au sérieux par la NASA du Centre de Vol Spatial Marshall a affirmé Whitt Brantley, directeur du bureau des concepts avancés du centre de vol.

Brentley dit que la NASA a déjà investi dans la recherche sur la modification de la gravité, et que l'expérience de l'Université de Tampere ne tarderait pas à être reproduite dans les laboratoires du centre de vol à Huntsville en Alabama.

Une théorie cohérente. <>. <>.<>, a déclaré Brantley. Une telle controverse n'est pas rare. Il arrive même souvent qu'un chercheur se rende compte qu'il n'a pas bien lu les phrases en petits caractères' de son contrat avec les compagnies privées qui le financent.

La NASA a déjà investi 150.000 dollars dans des recherches menées par le Dr.Ning Li, chercheur à l'Université du Centre du Plasma Spatial' et de la Recherche Aéronomique de Huntsville en Alabama.

En 1995, Li a publié un article dans le' Physical Review-D', sur les modifications de la gravité au cours d'expériences basées sur l'interaction entre un supraconducteur en rotation dans un champ électromagnétique et le champ de gravité local.

Sa théorie postule que la structure en treillis des ions dans un supraconducteur joue un rôle significatif dans la supraconduction. La rotation de ces treillis d'ions causée par le champ EM générerait une force gravitomagnétique qui modifierait le champ de gravité local. Deux articles ultérieurs abondaient dans son sens.

PROMETTEUR. Le Dr LI croit que les résultats des tests de Podkletnov sont compatibles avec sa théorie et que les prochains tests du Centre Marshall permettront d'accroître la compréhension du phénomène.

Le financement de la recherche sur la modification de la gravité s'effectue via le programme de la physique de propulsion dans le cadre du programme dexploration spatiale avancée de la NASA.

Avec le centre de Recherche Lewis, le programme de la NASA à mis en évidence plusieurs théorie sur la propulsion, souvent controversées, issues d'un groupe d'éminences grises de la physique et susceptibles d'être développées par l'expérimentation.

La NASA compte investir 300.000 dollars par an pendant les trois prochaines années dans le programme de la physique de propulsion.

Sunday Telegraph (UK) 1er septembre 1996, page3.


Breakthrough as scientists beat gravity.
Par Robert Matthews and Ian Sample

Des scientifiques finlandais sont sur le point de rendre public les détails du premier appareil anti-gravité. Mesurant quelques 30,5 centimètres de long, cet appareil réduirait de manière significative le poids de tout corps placé au dessus de lui..

L'annonce, qui a été examinée de manière rigoureuse par des scientifiques et qui paraîtra dans une revue scientifique le mois prochain, pourrait déclencher une révolution technologique. En triomphant de la gravité, la force la plus répandue dans l'univers, tout, du transport à la production d'énergie, pourrait être transformé.

Le Sunday Telegraph a appris que la NASA, l'Agence Spatiale Américaine, prend cette annonce très au sérieux et finance des recherches sur la possibilité d'appliquer ce principe au vol.

Les chercheurs de l'Université de Technologie de Tampere en Finlande, ceux-là même qui ont fait la découverte, disent que ce pourrait-être le cur d'une nouvelle source d'énergie,

Les autres applications ne semblent être limitées que par l'imagination : les ascenseurs des buildings pourraient être remplacés par des appareils construits en sous-sol. Les personnes désirant monter n'auraient alors qu'à activer l'équipement anti-gravité. Ainsi, en perdant leur poids, ils flotteraient tranquillement jusqu'à leur étage de destination.

Les voyages spatiaux deviendraient une routine. Puisque le coût exhorbitif et le danger de la technologie des fusées provient de cette lutte contre l'attraction terrestre. On utiliserait alors l'anti-gravité pour porter l'équipement sur orbite, et la force de l'attraction pour les en faire descendre en profitant de la chute pour générer de l'électricité. Ces équipements pourraient également révolutionner la production d'énergie.

D'après le Dr Eugene Podkletnov, qui a mené les recherches, cette découverte est accidentelle. Elle est apparue durant un travail de routine sur ce que l'on appelle la supraconductivité, la propriété qu'ont certain matériaux de perdre toute résistance électrique à très basse température. L'équipe du Dr Podkletnov était en train de tester un disque de céramique supraconductrice, en rotation rapide, suspendu dans un champ magnétique généré par trois bobines, le tout plongé dans un récipient à très basse température appelé cryostat.

<< Un de mes amis vint en fumant la pipe>> dit le Dr Podkletnov. <> Les tests montrèrent une légère chute du poids des corps placés au-dessus du montage, comme si celui-ci protégeait les corps de l'effet de la gravité. Cet effet est impossible pour la plupart des scientifiques.

<< Nous pensions qu'il s'agissait d'une erreur>> dit Podkletnov, << mais nous avons pris toutes les précautions>> Alors que l'effet persistait, , l'équipe a mesuré une légère chute de la pression de l'air à la verticale du montage. Ceci était détectable à tous les étages du laboratoire.

Ces dernières années, plusieurs scientifiques amateurs et professionnels ont présenté de soi-disant appareils anti-gravité, tous ont été ignorés par l'Establishment scientifique. La différence avec cette découverte, c'est que cette dernière a réussi les examens les plus intenses menés par des experts indépendants réputés sceptiques, et qu'elle est parue dans le Journal of Physics-D: Applied Physics, publié par l'Institut Britannique de Physique.

Malgré tout, beaucoup de scientifiques ne se sentiront pas à l'aise tant que l'expérience n'aura pas été reproduite avec succès par d'autres équipes. Certains savants soupçonnent que l'effet d'anti-gravité soit un effet de bord éloigné de la théorie de la relativité d'Einstein, selon lequel les objets en rotations pourraientt altérer la gravité.

Jusqu'à présent, on pensait que cet effet ne soit trop petit, trop local pour pouvoir être observé en laboratoire. Toutefois, le Dr; Ning Li, chercheur à l'Université d'Alabama, dit que les atomes à l'intérieur du matériau supraconducteur pourrait amplifier énormément le phénomène. Ses recherches sont financées par le Centre de Vol Spatial de la NASA à Huntsville en Alabama, dont le directeur du Bureau des concepts Avancés, Whitt Brantley, dit : << Nous y jetons un il, parce que si on ne le fait pas, on ne saura jamais.>>

L'équipe finlandaise est pour l'instant en train d'étendre son programme afin de voir si il est possible d'amplifier encore cet effet d'anti-gravité. Durant ses dernières expérimentations, l'équipe à mesuré une perte de poids de l'ordre de deux pour-cent des objets placés au-dessus du montage. Cet effet est doublé si l'on superpose deux montages. Si l'équipe peut encore augmenter l'effet d'anti-gravité, les implications commerciales pourraient être énormes.
****
L'article d'AW & ST évoquait l'Université d'Alabama (UAH) comme étant en charge des premières expérimentations d'anti-gravité:

Modification gravitationnelle


En 1989, le Dr Ning Li de l'UAH, prédit que si un matériau supraconducteur était soumis à un champ magnétique variable, la structure ionique du matériau pourrait alors absorber une énorme quantité d'énergie via le moment de l'effet magnétique. Cette énergie acquise ferait entrer les ions en rotation rapide sur leur position d'équilibre et créerait un minuscule champ gravitationnel. Les calculs du Dr Li montraient que si ces ions étaient alignés par un puissant champ magnétique, le changement de la gravité locale pourrait alors être mesurable. Podkletnov et Nieminen (1992) firent accidentellement la découverte qu'un disque supraconducteur à haute température, dense, en rotation rapide à 5000 RPM pouvait produire une réduction de deux pour cent du poids d'objets non magnétiques et non conducteurs, placés au dessus de lui. L'UAH et le MSFC ont récemment joint leurs efforts de recherche afin de confirmer l'expérience de Podkletnov et de vérifier la théorie du Dr Li à propos de la modification de la gravité par les supraconducteurs. Dans le cadre de cette recherche, le 26 mars 1997, l'UAH et le MSFC ont montré le plus grand disque en céramique supraconductrice à haute température jamais fabriqué aux USA. Ce disque mesure quelques 30 centimètres et demi de diamètre et est épais de 1,27 centimètre.

Références : Ning Li and D.G. Torr, Phys. Rev., 43D, 457, 1991.
Ning Li and D.G. Torr, Phys. Rev., 46D, 5489, 1992.
Ning Li and D.G. Torr, Bull. Am. Phys. Sco., 37, 948, 1992.
E. Podkletnov and R. Nieminen, Physica C, 203, 441, 1992
D. G. Torr and Ning Li, Found. Phys. Lett., 37, 948, 1993.
*********

Peut-on fabriquer de la gravité en laboratoire ?


Une théorie pouvant mener à la création d'une gravité artificielle vient d'être développée par des physiciens de l'UAH. Si ce travail théorique arrive à se vérifier par l'expérimentation, il montrera qu'encore une fois, Albert Einstein a vu juste en prédisant que la matière en mouvement pouvait produire deux types de champs gravitationnels; gravitomagnétique et gravitoélectrique. D'après le Dr. Douglas, professeur et chercheur en physique et directeur du Laboratoire d'Aéronomie Optique de l'UAH, un champ de gravité artificiel pourrait être généré à l'intérieur d'un conteneur fabriqué dans un matériau supraconducteur. Le Dr Douglas ajoute qu'il serait au moins possible de créer un champ microscopique. <>, déclare le Dr. Ning Li, chercheur au Centre de recherche pour le Plasma Spatial et l'Aéronomie à l'UAH, <> Pour créer ce champ gravitationnel artificiel, Torr et Li proposent de placer un conteneur supraconducteur à l'intérieur d'un champ magnétique afin d'aligner les ions en rotation dans le supraconducteur. Leur théorie prédit l'existence d'ions spin' ou en rotation dans un supraconducteur à l'intérieur d'un champ magnétique.

**********

Expériences sur la modification de la gravité.


Une équipe travaillant dans le cadre du programme des transports spatiaux avancés' au sein de la NASA est en train de poursuivre plusieurs petites recherches pointues' qui pourraient influencer de manière significative les futurs transports spatiaux. D'après Garry Lyles, responsable du programme ASTP au MSFC de la NASA à Hunstville en Alabama, l'angle d'attaque de ces projets est de répertorier et d'inventorier des pistes prometteuses pour lesquelles des données récoltées en astronomie, astrophysique, physique des particules et autres domaines ne s'insèrent pas dans les théories généralement admises. Cependant, la NASA de Cleveland dirige les travaux. Les domaines d'intérêt comprennent entre-autres: les déplacements supra-luminiques, les modification internes et les variations d'énergie quantique. Pour être choisies, ces idées doivent tout d'abord reposer sur de solides bases théoriques, subir un examen approfondi et permettre des expériences à faible coût qui les vérifieraient sans discussion. Une première expérience, sur la possible modification de la gravité, est menée pour le moment en conjonction avec l'Université d'Alabama et devrait se terminer pour la fin de l'année. En cas de succès, ce principe pourrait être appliqué afin de diminuer le poids des lanceurs et des véhicules orbitaux et ainsi de réduire la puissance des fusées. La NASA prévoit prochainement, au mois d'août, d'effectuer une session de travail afin d'examiner les prochains sujets à étudier.
14 Juillet 1997, reprit de Industry Outlook (Aviation Week & Space Technology).

Commentaires "ufologiques" du Dr Boylan (USA) sur l'emploi de l'antigravité


Retour au menu "SCIENCES"



Retour au menu