Un nouveau revers pour l'hypothèse de la vie sur Mars

(source : dépêche AFP / transmise par Raymond, UFOCOM SCI)

 

WASHINGTON (AFP) - Vendredi 14 Août 1998 - 10h28 heure de Paris - Les éléments de la météorite martienne ALH-84001 utilisés par la NASA pour affirmer l'existence passée d'une forme de vie primitive sur la "planète rouge" ne viennent pas d'organismes vivants, affirment des chercheurs dans une étude à paraître vendredi.

  Selon les travaux dirigés par Ed Scott, de l'université de Hawaï, publiés dans la revue Meteoritics and Planetary Science, les composés organiques retrouvés dans cette météorite se sont formés à l'occasion d'un impact et à des températures beaucoup trop élevées pour qu'ils soient issus d'organismes vivants.

Lorsqu'elle avait annoncé sa découverte en août 1996, l'équipe de David McKay, du centre spatial Johnson de Houston (Texas) avait conclu que ces éléments constituaient en quelque sorte des fossiles de microbes martiens vieux de 3,6 millions d'années. Selon leur scénario, ces microbes se seraient faufilés dans les fractures de la roche à la faveur de l'écoulement d'un liquide froid, de l'eau, et y seraient morts.

  En étudiant au moyen de microscopes très puissants et sous toutes les coutûres la météorite, un caillou pas plus gros qu'une pomme de terre tombé dans l'Antarctique il y a quelque 13.000 ans, Ed Scott et ses collègues n'ont trouvé aucun élément accréditant cette hypothèse. "Nous avons conclu que les micro-organismes existant dans cette roche se sont formés à très hautes températures à la faveur d'un impact avec des organismes qui se sont formés auparavant", a expliqué M. Scott.

  L'annonce de la NASA avait créé la stupeur mais aussi le scepticisme de la communauté scientifique, à tel point que les auteurs de la découverte avaient rapidement mis un bémol à leur affirmation, préférant parler de "faisceau de preuves" plutôt que de "découverte". Depuis cette date, plusieurs équipes ont passé au crible des morceaux de la météorite Allan Hills 84001 et ont toutes rejeté les conclusions de l'équipe de la NASA.


Retour au menu "Sciences" / Retour au menu "News"


Retour au menu