Nouvelles preuves de vie ancienne sur Mars

 


 

Une équipe internationale de chercheurs a découvert la preuve indéniable que les cristaux de magnétite contenus dans la météorite martienne ALH84001 sont d'origine biologique, et de surcroît que, non seulement ces cristaux sont plus anciens que toute forme de vie connue jusqu'ici, mais aussi qu'ils ont été de toute évidence formés avant que la météorite tombe sur Terre.

 

Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences parue mardi 27 février [Friedemann Freund, Aaron Staple, and John Scoville. Special Feature: Organic protomolecule assembly in igneous minerals. Proc. Natl. Acad. Sci. USA, Vol. 98, Issue 5, 2142-2147, February 27, 2001, http://www.pnas.org/cgi/content/full/98/5/2142].

 

Les scientifiques ont observé des chaînes de cristaux de magnétite, un oxyde magnétique naturel du fer, une disposition n'ayant pu être mise en place, selon eux, que par des organismes vivants. "Une telle chaîne d'aimants hors d'un organisme s'effondrerait immédiatement pour former des groupes compacts en raison des forces magnétiques", souligne Friedmann. Le résultat ressemble à une chaîne de perles qui ont pu servir de boussoles à des bactéries qui se dirigeraient grâce à des cristaux magnétiques présents dans leur organisme. Ces chaînes auraient pu être projetées dans des failles de la roche il y a environ 3,9 milliards d'années, lors de la collision d'un astéroïde avec Mars. Cet événement a pu également causer la mort des bactéries. La collision, ou une autre plus récente, a ensuite projeté la météorite dans l'espace et elle est tombée sur la Terre il y a 13.000 ans dans l'Antarctique, où elle n'a été découverte qu'en 1984.

Les scientifiques ont observé par ailleurs que tous les cristaux sont de taille et de forme similaires, et que les chaînes semblent courbes, une preuve supplémentaire, selon eux, d'une origine biologique.Enfin, indiquent-ils, étant donné que, sur Terre, les bactéries utilisant le magnétisme ont besoin d'un peu d'oxygène, leur présence sur Mars signifierait que des organismes utilisant la photosynthèse, comme les plantes, étaient alors présents sur la planète rouge il y a 3,9 milliards d'années.

Le Dr. Michael Meyer, directeur du programme d’astrobiologie de la NASA, considère que découvrir des évidences d’une vie sur mars est un des problème central de la recherche en astrobiologie actuellement.

Des sceptiques restent, bien sûr, comme ceux cités dans l'article du San Francisco Chronicle (http://sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?file=/news/archive/2001/02/26/national1915EST0721.DTL) mais le moins que l'on puisse dire est que la NASA semble assez confiante. Il y a également une article sur le site de BBC News (http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_1190000/1190948.stm).

 

Communiqué par Jérôme et par Didier – mars 2001
Reproduit pour l’essentiel à partir de :
http://science.nasa.gov/headlines/y2001/ast28feb_1.htm?list31910

 


Retour au menu "NEWS"


Retour à l'accueil