Système d’armes exotiques  (2) 
Les armes non conventionnelles et les OVNI

par Yves, Ufocom – science (mars 2001)






Si les OVNIs sont plus que des OVNIs (objets volants non identifiés) ou, plus précisément, des phénomènes aériens non identifiés, et, s’ils sont des engins d’un autre lieu ou d’un autre temps, la technologie qui leur est propre est bien plus avancée que la nôtre. Je sais : il y a bon nombre d’hypothèses majeures dans la phrase précédente et aucune parmi elles n’est actuellement soutenue sans ambiguïté par des données concrètes. Quoi qu'il en soit, mon but ici n'est pas de discuter sans fin de ces points. Il s'agit plutôt d’examiner certains aspects de notre technologie et cet examen nous ramènera, que vous le croyez ou non, à la question des OVNI.




On me prête un étrange livre...

L’armement a été et reste encore un domaine très compétitif en ce qui concerne la recherche; il a certainement été l'une des forces motrices et innovatrices principales au cours des derniers 50 ans. Dans ce sens, l’analyse de la recherche militaire semble pertinente si l’on songe à évaluer nos compétences technologiques. Il est clair que, dans ce domaine, la classification « top secret » s’impose. Il arrive cependant que des données "suintent" au travers des murs de béton des laboratoires militaires. Il arrive même que de telles données soient publiées. 

Parmi quelques publications récentes, un ami m’a confié un livre intitulé Les armes de l’ombre, de Marc Filterman (Editions Carnot, 1999, voir référence plus loin). Dans cet ouvrage étrange, l’auteur, un spécialiste d’ondes hyperfréquence (ou micro-ondes) passe en revue certaines armes non conventionnelles telles les armes nucléaires, bactériologiques et chimiques. Je connais assez bien les deux derniers domaines. Je trouve que le chapitre sur les armes chimiques est raisonnablement bien fait, de même que celui sur les armes génétiques et microbiennes, malgré le soupçon de science-fiction mentionné par l’auteur. 

Nous allons donc examiner quelques pages intéressantes de ce livre dans lesquelles les armes non conventionnelles sont présentées. Parmi ces armes, Marc Filterman parle de celles portées par les satellites qui orbitent autour de la terre. Toute sorte d’armes classiques, comme les têtes nucléaires par exemple, peuvent être chargées sur de tels satellites. On peut toutefois supposer que des armes plus secrètes pourraient également être chargées de la même manière. Ces armes pourraient être des instruments émetteurs-radio (ou RF, fréquence radio), et par conséquent, des brouilleurs radar ou radio-com. L’usage de brouilleurs de type "force brute" mis à part (peu compatible avec les ressources d’énergie restreintes sur un satellite), on pourrait concevoir que de telles armes fonctionnent de façon plus subtile, soit par des émissions répétées de signaux à l’encontre du radar ennemi (une "contre-mesure" typique), ou alors, en renvoyant des échos complexes qui provoqueront un crash informatique massif lors du traitement du signal. Un ami, employé à la DGA (Délégation Générale à l’Armement) m’a confirmé ce point. Il est en tout cas théoriquement possible de générer l’arrêt total d’un ordinateur ou d’un réseau d’ordinateurs par le biais des émissions radio. Il est fort possible que de tels outils aient été testés récemment dans le cadre militaire.

 
 

On émet…

Parmi les armes RF, les générateurs de pulsations électromagnétiques (EMP) et les générateurs de micro-ondes à forte puissance (HPM) sont certainement aussi effrayants que leurs noms. Ces dispositifs sont conçus pour générer des émissions puissantes d’ondes radio (HPM) ou des impulsions à différentes fréquences (EMP). Une telle émission massive d’ondes radio peut avoir un impact très forts sur toutes sortes d’équipement électronique. Sur ce sujet, rappelez-vous de ce qui est arrivé lorsque les officiers de l’armée US ont découvert le coté primitif de certains dispositifs du Mig-25, posé au Japon par son pilote qui demandait l’asile politique. Ils ont ri. Les Russes avaient l’air tellement stupides d'utiliser encore des tubes dépassés, au lieu d'une technologie à base de jolies chips électroniques… Toutefois, ils ont cessé de rire lorsqu’ils ont compris que l’avion avait été conçu de façon très intelligente. L’équipement sensible était protégé au milieu de l’avion et utilisait des composants électroniques, alors que les parties les plus exposées aux ondes radio à hautes fréquences utilisaient une technologie plus ancienne à base de vieilles diodes, triodes, pentodes et un dispositif d’amplification, 10 à 100.000 fois moins sensible aux armes EMP / HPM. 

Cependant, la peur des armes RF est-elle vraiment justifiée ? Certains événements plus ou moins récents nous amènent à conclure que ces craintes sont parfaitement raisonnées. La première occurrence EMP a été observée après un test nucléaire à haute altitude dans le Pacifique sud – qui a abouti en une panne de courant massive à Hawaï, à quelques 3.000 km de distance. Il est donc tout à fait possible qu’un engin RF puissant qui "exploserait" sur Chicago puisse avoir des effets sur des villes comme New York ou Los Angeles. 

De la même manière, mais à une autre échelle, la compagnie française des chemins de fer (SNCF) a demandé récemment aux autorités militaires de cesser l'usage de certains radars en proximité des chemins de fer car cet usage avait pour effet de brouiller les circuits électroniques du TGV et d’autres engins de traction modernes. Il paraît même que des trains ont du effectuer des arrêts d’urgence, causés par les émissions radar. Antérieurement, le même phénomène s'était produit sur des véhicules automobiles qui ont subi de fausses alarmes et parfois même des arrêts de moteur, dus à une panne de leur système électronique d’injection d’essence. Des engins à émission d'ondes sont même vendus, à l’heure actuelle, aux forces de police et de gendarmerie pour forcer les véhicules à s'arrêter. Ces éléments ne vous rappelle-t-ils pas les descriptions de témoins de rencontres OVNI ? S’agit-il ici de simples coïncidences ? Qui sait… 

La puissance des armes HPM est incroyable. Nous sommes bien au-dessus du MW de puissance maintenant, au vu des rumeurs selon lesquelles des bombes de 10 GW, de la taille d’une valise, sont déjà sur le marché… De plus, des armes RF ont déjà tué. Ce n’est pas le but de ce travail de discuter la dite « expérience de Philadelphie ». Plusieurs sites Web en présentent les données et offrent diverses interprétations du phénomène. Malgré le silence de la marine US, nous pensons que l'USS Eldrige a été au centre d’une expérience, le 22 juillet 1943, qui demeure toujours classifiée de nos jours. Les buts de cette expérience restent troubles. Il est toutefois raisonnable de supposer qu’il s’agissait d’une expérience d’émission d’ondes radio et qu’elle impliquait plusieurs dispositifs de type radar. Ce qui arrivé au cours de cette expérience est toujours sujet à controverses, exception faite des pertes humaines. Il est clair que plusieurs personnes sont mortes ou ont été sérieusement blessées, physiquement et/ou psychiquement, lors de l’activation des générateurs à fréquence radio…. 

Le cas du porte-avions Forrestal est moins controversé. Voici un extrait d'une présentation faite par le Lt Gal. Robert L. Schweitzer. Souvenez-vous de ce nom car il reviendra plus loin dans ce texte. 

« Permettez-moi de vous emmener sur le pont [du porte-avions] Forrestal, en juillet 1967. Dans le Golfe du Tonkin, des F-4 ont été chargés et armés. Ils sont prêts pour la sortie en mission. Un balayage radar sur le pont a révélé une défaillance de l’écran de protection d’un des F-4. En quelques secondes, un des missiles se détache et roule le long du pont ; une déflagration violente en résulte. Nous avons mis environ sept mois pour réparer le Forrestal. Au total, 134 officiers et marins ont perdu la vie, rien que pour une démonstration de physique quantique et d’électrotechnique qui peut, et a été, utilisée pour créer des armes. »

Ce cas n’est qu’un cas, parmi plusieurs autres. Nous y reviendrons plus loin.




Une préoccupation mondiale majeure


L'intérêt de l'armée US pour les armes RF n'est pas récent, vu qu'il a vraisemblablement débuté avec la naissance de la communication radio. Toutefois, étant donné que nos sociétés dépendent de plus en plus de l'électronique pour les affaires, les transports et la communication, elles deviennent aussi de plus en plus susceptibles à une attaque qui ciblerait justement un tel équipement sensible. S'agit-il ici d'un mauvais scénario? Certainement pas. Plusieurs autorités militaires ont  souligné que les armées "occidentales" utilisent pour la plupart les dispositifs civils de communication, lesquels ne sont pas vraiment protégés contre les armes RF. 

Pour rester dans ce contexte, nous pouvons lire encore une fois le témoignage du Lt Gal. Schweitzer, exprimé devant l'ensemble du comité économique du 105ème Congrès US: 

"Vous pouvez utiliser [de telles armes] contre le système bancaire, afin d'empêcher toute transaction monétaire et financière. Elles peuvent aussi être utilisées avec des impulsions intenses dans le but d'attaquer les systèmes de transport, ferroviaires et autres. Tout dépend de l'électronique, aussi bien les relais ferroviaires que le transport aérien et ce dernier est toujours un sujet spectaculaire pour des visées terroristes. De telles armes peuvent entraver le décollage et l'atterrissage d'avions. Elles peuvent faire chuter un avion. […] Elles peuvent interrompre la pression et l'écoulement dans les pipe-lines de pétrole, de gaz ou d’huile. Elles peuvent provoquer des pannes dans la signalisation routière. Elles peuvent entraver le fonctionnement de centrales nucléaires et causer leur arrêt. Elles peuvent également corrompre et modifier tout type de données numériques."

A qui pourraient-ils bien profiter de tels crimes? Naturellement, il y a toujours l'hypothèse de "l'autre camp". Après tout, la course à l'armement entre les hémisphères dits occidental et rouge date d'une cinquantaine d'années. Avez-vous, par exemple, déjà entendu parler de "elipton"? Voici ce que l'on peut lire sur le site de Don Roper (professeur à l'Université du Colorado): 

"Nous apprenons de sources roumaines que l'arme 'Elipton', mentionnée par le politicien russe Vladimir Zhirinovsky, est un système d'armement basé sur l'interférence gravitationnelle. Les sources mentionnaient un rapport entre l'usage de ce type d'arme et les causes du tremblement de terre arménien. L'arme est également connue sous le nom de "marteau" et paraît pouvoir déclencher des tremblements de terre en provoquant des différences d'accélération gravitationnelle [sic] dans des endroits où des tensions accumulées existent."

Et voici la déclaration de Vladimir Zhirinovsky, faite à ce sujet en 1994: 

"Cette arme est plus puissante que les armes nucléaires car ses conséquences sont différentes et aussi parce qu'il n'y a aucun antidote contre elle. C'est là sa force. Il n'existe pas de moyens de défense contre elle. C'est pareil pour l'arme sonique. Cette arme existe aussi. Voici ce qui arrive: lors de la détonation d'une cartouche, le bruit est tel qu'il décime une division militaire entière. Oui, c'est bien cela: ils sont tous morts… L'elipton a le même effet. Il n'y a pas de radiation ni de feu. Il n'y a pas de blessures. Une division militaire entière disparaît tout simplement. Cette arme est semblable à l'arme nucléaire mais avec cette dernière il y a la radiation. Elle a un effet endommageant. Les neutrons pénètrent le corps humain et ils causent la destruction. Il n'y a pas de dommage avec l'arme sonique mais toute vie est immédiatement détruite. En demandant si les Américains ou d'autres avaient l'arme, la réponse était, non, personne ne l'a. Les scientifiques russes l'ont développée en exclusivité."

Vérité, canular, science-fiction ou désinformation? Qui sait… Rappelons-nous cependant que la désinformation devient opérationnelle qu'à partir du moment où elle est basée, au moins en partie, sur des données vraies, réelles et concrètes. 

En revenant à la déclaration faite par le Lt Gal R.L. Schweitzer, on pourrait aussi arguer que l'image a été obscurcie volontairement par le Général. Celui-ci aurait ainsi pu tenter d'obtenir l'ouverture des robinets à finances, afin de soutenir des recherches civiles et militaires en la matière. Toutefois…plus nous connaissons le mode de fonctionnement de nos sociétés et l'interdépendance et interpénétration de l'économie, plus  nous devrions nous soucier sérieusement de toutes ces liaisons informatiques. Cela mis à part, même le Général admet que la cible n'était pas "les Russes" et que des collaborations USA-URSS ont eu lieu plusieurs fois: 

"Lors de la rencontre à Bordeaux, en France, en 1994, les Russes ont fait mention de leur travail jusqu'à cette date, et fournit une description assez détaillée de toute une série d'armes à fréquence radio et de documents indiquant la stratégie, la doctrine, la tactique et les techniques sur l'usage de ces armes. Voyez-vous, je ne suis pas un de ceux qui disent "les Russes arrivent" – ce n'est pas l'enjeu actuel. Ils sont nos amis et ils travaillent ensemble avec nous, en tout cas pour l'instant. Nous espérons que ce sera le cas pour la suite aussi."

Quelle pourrait alors être la cible? Des terroristes? C'est possible. Revenons un peu sur ce que notre ami américain dit: 

"Il y a une année de cela, ce mois-ci à Londres... Notez qu'il n'y a pas de consensus sur cet histoire dans la communauté du renseignement - ni ailleurs - mais, franchement et après avoir tout considéré en détail, je pense que le doute sert à cacher le fait que l'évènement ait eu lieu [remarquez ici la méthode utilisée par des officiers UK pour la désinformation].  Le London Times, nullement un tabloïde, informait en juin 1996 d'attaques menées contre des institutions financières et bancaires, assez fortes pour engendrer des dommages. Par la suite, "ils" ont extorqué une somme énorme d'argent,  40 millions £. On m'avait dit qu'il s'agissait d'un canular. Une semaine plus tard, il y a eu un reportage indiquant que le gouvernement examinait sérieusement l'affaire et que, oui, de tels évènements avaient bien eu lieu."

Cette hypothèse est soutenue par le bas prix de telles armes qui de toute évidence pourraient être construites par des amateurs. Voici, en effet, ce que le Lt Général ajoute:

"De jeunes ingénieurs ont relevé le défi que nous leur avions posé, en tout cas en partie. Ils sont allés dans une boutique radio et ont acheté les composants nécessaires à la  fabrication d'une arme RF, montée sur une camionnette. J'avais suggéré une fourgonnette mais ils n'en avaient pas, alors ils l'ont montée sur une camionnette. Ce dispositif sera testé ce mois-ci. Je suis sûr qu'il va fonctionner. Le coût est de l'ordre de 800 $. Ces armes à faible puissance peuvent effectivement avoir un énorme impact sur les infrastructures. Je vous cite brièvement certains des effets qu'elles peuvent avoir: elles peuvent avoir un effet sur le réseau national d'énergie, sur toute chose contenant une puce électronique, sur les panneaux de circuits intégrés et toutes sortes d'équipements électroniques."

A cet égard, mon contact au DGA a une opinion légèrement différente. Il croit que ces dispositifs nécessitent, pour être pleinement efficaces, à la fois d'une charge considérable d'énergie (celle-ci pourrait toutefois être fournie par un dispositif explosif classique) et d'un niveau technologique assez élevé, afin d'ajuster parfaitement les différents composants d'une "bombe électronique". Il signale néanmoins que, même si nous n'avons pas encore vu des attaques terroristes avec usage de telles armes, nous ne sommes pas protégés contre des actions de ce genre, surtout en considérant l'afflux récent de savoir-faire et de technologie "russes". Il ajoute également que la préoccupation des forces armées n'est pas centrée sur l'usage de telles armes mais plutôt sur les moyens de se protéger d'elles. Ce qui est fort intéressant…




Les dispositifs RF tuent encore

Malgré mes doutes concernant l'usage de ces armes par des terroristes, il est fort possible que des dispositifs militaires aient tué des centaines de personnes récemment. 

Vous souvenez-vous du vol TWA 800? Cet avion, un B747-100, en route de l’aéroport JFK vers l'Europe a explosé pendant le trajet le long de la côte de Long Island. L'explication officielle: explosion du réservoir central de carburant. Il existe cependant une telle quantité de simulations, témoignages et de données qu'il est difficile de croire que l'avion a effectivement "explosé tout seul". Plus précisément, la reconstruction de l'appareil et les enquêtes sur l'accident ont démontré que l'avion a probablement été heurté par un objet, un missile de structure non conventionnelle peut-être, et qu'il n'a explosé que plus tard. 

Ainsi, cet accident aurait été un tragique accident, mais "seulement" un accident. Quel rapport avec le dispositif RF? Et bien, plusieurs enquêteurs ont insisté sur le fait que le missile n'avait pas heurté les réacteurs, tel qu'un missile conventionnel guidé par infrarouge l'aurait fait, en étant attiré par la chaleur des moteurs, mais plutôt la partie centrale ou se situe les différentes "antennes" d'émission radio de l'appareil. De plus, quelques minutes avant sa destruction, l'avion avait eu une panne électrique. Enfin, lors de l'accident, l'avion était "trop bas et trop en retard" pour la marine US, en manœuvre juste au-dessous… et au-dessus, dans ce qui peut être considéré comme une zone hautement contrôlée. 

Et ce n'est pas tout. Elaine Scarry (voir réf. plus loin) indique, dans un article remarquable, que dans la même zone à côté de Long Island, deux autres – voire, probablement trois – avions se sont déjà écrasés à la suite d'une panne majeure d'alimentation électrique à bord. Ceci concerne le vol TWA 800, mais également les vols Swissair 111 et Egyptair 990. Pour les deux premiers, il y a une coïncidence frappante: l'accident a eu lieu au même endroit, avec des avions partis de JFK suivant une trajectoire de vol similaire, à la même heure et le même jour de la semaine. La probabilité de deux événements indépendants l'un de l'autre est donc proche de zéro, peut-être moins d'une chance sur 50 millions… Ces remarques mises à part, Eliane Scarry propose l'hypothèse suivante pour expliquer la panne de courant: une émission RF massive. Et devinez qui était sur place lorsque le vol Swissair 111 s'est écrasé? Bingo! La marine, et plus généralement, les militaires... 

Dans les deux cas, on est tenté de supposer que la région faisait l'objet, au moment des accidents, d'une forte activité militaire déployant de vaste moyens électriques, des fréquences radio destinées peut être à "endurcir" des dispositifs électroniques, tels que ceux que l'on utilise pour équiper des missiles. Peut-être…Curieusement, des informations recoupées suggèrent que ce qui se déroulait, lorsque le vol TWA 800 s'est écrasé, n'était pas un exercice classique, mais une "mission" protégée par le fameux sceau "top secret". 

Un pas de plus: cette région connaît un fort trafic aérien et plusieurs événements de type "near miss" y ont eu lieu. Certains de ces événements avaient impliqué des appareils militaires, ou de type militaire. Ainsi, les vols US Air 3684 (mars 1996), TWA 884 (en route vers Tel Aviv, deux fois, juillet et novembre 1996), Northwest Airlines 775 (mars 1997) n'ont été qu'à quelques km, voire qu'à quelques mètres de faire la une des journaux … 

J’ai gardé le meilleur pour la fin…Il paraît que cette même région aussi été riches de nombreux "near-miss" entre avions et des OVNIs…En novembre 1995, le vol Lufthansa 405 a informé le contrôle aérien d'un "contact" avec un OVNI. Voici ce que les membres de l’équipage ont dit : 

« C’était très proche et […] il semblait être à quelques 2.000 ou 3.000 pieds au-dessus de l’aile gauche, juste une mille et... euh, dans la direction opposée… Il n’a pas… il n’avait pas, euh, des feux normaux, des feux de balisage, rouges ou verts. Juste une lumière blanche au devant, avec une longue lumière verte. Cela ressemblait à un OVNI. »

Même histoire pour le vol Swissair 127, en août 1997, selon les dires de l’équipage :

« Je ne sais pas ce que c’était mais il nous a survolé de…. quelques centaines de pieds…Je ne sais pas si c’était une fusée ou quoi, mais cela allait incroyablement vite dans la direction opposée […] C’était trop rapide pour être un avion. » 

Ce ne sont que deux cas, parmi d’autres cas bien documentés. Encore une fois, nous sommes donc en présence d'une équation du type ‘forte activité militaire = OVNI proche = constante’.



Des cibles "d’ailleurs" ?


Une des théories sur les armes RF est celle qui propose qu’elles pourraient être utilisées lors d’un conflit non conventionnel, à niveau local ou planétaire. A nouveau, les adversaires pourraient être des groupes terroristes ou des Etats, mais ils pourraient également être des adversaires non conventionnels. Et toute l’histoire pourrait viser finalement  la protection de nos forces armées contre certains des effets électriques liés aux « rencontres exotiques » comme par exemple, celles d’avions militaires avec des OVNI. S’agit-il de mauvaise science-fiction ? Peut-être. C’est une hypothèse qu’il convient pourtant d’analyser en regard d’une déclaration du Lt Gal. Schweitzer : 

« A partir de 1949 [sic], l’intense intérêt de l’ex-URSS dans le développement de ces armes semble provenir de leur prise de conscience de leur infériorité par rapport aux occidentaux dans la course à l’électronique et, en même temps, de leur conviction que les armes RF sont efficaces contre notre électronique sophistiquée. Pour moi et pour d’autres, leur motivation à se montrer si disposés au transfert et à la prolifération des technologies RF qu’ils ont développées avec autant de soin et si bien, n'est pas facilement explicable. Néanmoins, ils sont en train de le faire. [De plus] Le Président Eltsine a proposé au Président Clinton un programme commun de « défense plasmoïde » contre les ICBM. Bien que les propos du Président Eltsine ne soient pas formulés de façon scientifique, une telle défense, en admettant que l’on parvienne à l’obtenir, créerait probablement un bouclier qui aurait pour effet d’ioniser l’atmosphère, ce qui ferait échouer toute intrusion de missiles. » 

Il ajoute:

« La façon dont [les armes RF] sont conçues dans la recherche faite aux USA, rend celles-ci parfaitement sûres […]. Elles sont absolument sûres pour les êtres humains car elles obéissent aux normes de protection pour les humains. C’est, en effet, un avantage. Elles sont devenues des armes non létales dans ce sens. » 

Les passagers des vols Swissair 111 et TWA 800 auraient probablement des avis différents, s’ils le pouvaient. 



Références


Déclarations du Lieutenant Général Robert L. Schweitzer

http://www.soci.niu.edu/~crypt/other/schweit.htm
http://209.207.236.112/irp/congress/1997_hr/j970617s.htm
http://cryptome.org/rfw-jec.htm


A propos des armes EMP/EP
Marc Filterman, “Les armes de l’ombre”, Editions Carnot, Chatou, 1999.
http://cryptome.org/rfw-jec.htm
http://www.fas.org/nuke/intro/nuke/emp.htm
http://www.airpower.maxwell.af.mil/airchronicles/kopp/apjemp.html
http://www.house.gov/jec/hearings/radio/schriner.htm
http://www.de.afrl.af.mil/pa/factsheets/HPMicro.html
http://www.brad.ac.uk/acad/nlw/censdera.html
http://www.dallas.net/~pevler/
http://www.cadre.maxwell.af.mil/warfarestudies/iwac/IWCBT/EWemptgulf.htm
http://www.parascope.com/articles/0797/em.htm
http://www.sonic.net/~west/ewar/ewar.htm
http://www.infowar.com/mil_c4i/mil_c4i_021698b.html-ssi
http://www.jaycor.com/eme/auto.htm


A propos de “elipton”
Lovece, Joseph, "CIA Asked to Review 'Buck Rogers' Weapon", Defense Week, 1994
http://www.time.com/time/magazine/archive/1994/940110/940110.russia.html http://csf.colorado.edu/dfax/mn/mn9413.htm#T-0027


Les vols TWA 800 et Swissair 111
http://serendipity.magnet.ch/more/twa800.html
http://www.angelfire.com/hi/TWA800/index.html
http://www.parismatch.tm.fr/archives/news/twa800/
http://cryptome.org/twa800-emi.htm
http://whatreallyhappened.com/RANCHO/CRASH/TWA/twa.html
http://users.erols.com/igoddard/twa-core.htm
http://www.all-natural.com/twa800.html
http://hometown.aol.com/bardonia/part2.htm


Commentaires de Elaine Scarry au sujet des vols 800 et 111
Scarry, Elaine, “Ce que les boites noires ne disent pas”, Le Vrai Journal, 5, 2000
http://www.twa800.com/index.htm
http://www.twa800.com/news/scarry-9-21-00.htm


Quelques URL relatant l’expérience de Philadelphie
http://www.conspirovniscience.fr.st/philadelphie.html
http://www.conspirovniscience.fr.st/montauk.html


Remerciements à Alain H. pour ses commentaires.

Yves, Ufocom - science
Traduit de l'anglais par Eva, équipe traduction Ufocom

A Michelle et aux autres
 


Retour au menu "Articles"


Retour à l'accueil