Un générateur de hautes pressions pourrait permettre de créer de nouveaux matériaux. Est-ce une autre pas vers la fusion contrôlée?

 

L’Homme a du mal à s’adapter aux hautes et basses pressions, que ce soit dans l’air froid des montagnes de l’Himalaya, ou dans les profondeurs marines sombres et silencieuses. Les pressions produites par une nouvelle machine, Z, au Sandia National Laboratories, dépendant du Ministère de l’Energie (DOE), ne sont cependant pas comparables. Z peut générer des pressions croissantes de 0 à 1 million d’atmosphères en quelques milliardièmes de secondes seulement. Aucun humain ne pourrait survivre à cette force, utilisée pour atteindre des températures rivalisant avec celles du soleil et des phénomènes explosifs générateurs de rayons X dans les étoiles à neutrons. Le générateur Z fonctionne sur le principe dit ICE, pour dispositif expérimental de compression isentropique; elle constitue un outil de valeur pour les essais de résistance des matériaux à de nombreux facteurs d’usure.

Comparé aux techniques existantes, " l’ICE va nous permettre de réduire les coût d’un facteur 10 " dit le directeur de Sandia, Clint Hall. L’énorme champ magnétique généré par la machine permet de produire une pression de 15 millions de livres par inches carrés (note: soit 100 000 MPa, soit 1 million d’atmosphères environ), en 160 nanosecondes.

A long terme, cette puissante force pourrait permettre de:

- créer de la matière hyper dure, comme le fait la très forte pression qui a régné à l’intérieur de la Terre et transformé le charbon en diamant;

- créer de meilleurs modèles informatiques permettant d’évaluer les conséquences de l’impact de micrométéorites sur les stations orbitales

- répondre à des questions de physiques fondamentale telle que : un liquide rapidement soumis a compression va-t-il se transformer en solide?

Le but immédiat de la technique reste cependant d’aider le DOE (Ministère de l’Energie) à entretenir - et à développer? - les armes nucléaires en simulant leur entretien, leur explosion dans avoir à les tester réellement.

En plus, dit Jim Assay, directeur-adjoint des applications militaires à Sandia, " de nombreux sites sur la planète sont intéressés par le développement d’outil permettant de développer la fusion inertielle (une technique qui devrait conduire à la production d’énergie à partir de la fusion d’atomes, générée par choc). Z devrait aussi permettre de préciser les équations qui définissent l’état de la matière des capsules cibles, et d’autres éléments de la procédure, dans le cadre de telles expériences ".

Sandia est un programme multi-laboratoires, sous le contrôle de Sandia Corporation, une filiale de Lockeed Martin, soutenu par le ministère de l’énergie. Sandia possède des centres de recherches à Albuquerque (New Mexico) et à Livermore (Californie), et s’implique largement dans des recherches intéressant la sécurité nationale, l’énergie, et les technologies de l’environnement, ainsi que la compétitivité économique.

Tiré pour l’essentiel de http://www.sandia.gov/media/NewsRel/NR2000/ICE.htm

Photo avec autorisation de la même adresse.

Yves, CG ufocom

Septembre 2000